wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prévert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clément Marot

aime-cesaire

Aimé Césaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

René Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andrée Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 

Max Jacob



Matin d'été - Poéme


Poéme / Poémes d'Max Jacob





Grandes nuées reculent et le plus bleu s'approche

l'infini palpitant se réduit

à n'être plus que l'épiderme rose :

Dieu, le pain levé, le pain cuit,

c'est l'Esprit qui cerne les roses

qui donne aux vagues le nocher

et qui guérit de l'amaurose

le conscient granit des rochers.

Esprit
Dieu, c'est
Toi qu'on respecte

dans l'orchidée et dans l'insecte.

L'Esprit
Dieu c'est la bouquetière

portant l'univers en plateau

mais pourquoi la griffe au râteau ?

l'incendie ? le naufrage en mer ?

C'est le dossier du
Saint-Esprit

les collines

et les toits sont des chaufferettes

pour les talons de
Jésus-Christ.

Rivières sont escarpolettes

Son
Eventail, les bois taillés

«
Monsieur paraît bien optimiste

« riposta le village triste,

« cil oscillant sur le sillon

« -
In excelsis ! village blond,

« non pour l'espace et la durée

« l'acide oxalique et l'urée. »

Mousse a la mouche, la cressonnière

a le crapaud, le bois de l'île a les vipères

et sans repos.

Le fleuve est un roi fainéant

qui des villes jusqu'au néant

mène la peste aux vertes marges

le docte canal prend en charge

des gibets jusqu'au firmament.

Eh ! quoi le terrible
Satan

pour rendre le malheur plus tentant

créa les fards

imitant
Dieu en ses ukases

lequel a fleuri sur la vase

le nénuphar.
Deux hommes posent deux échelles au cour voluptueux d'un pommier échelles ont même sommier quel est celui de leurs femelles.
Anges ne posez pas le pied sur les cous, nos coupes coupoles ce sont coupantes casseroles.
Craignez nos croupes, nos croupiers.
Restez aux sphères d'auréoles.






Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Max Jacob
(1876 - 1944)
 
  Max Jacob - Portrait  
 
Portrait de Max Jacob


Orientation bibliographique / Ouvres

1903
Le Roi Kaboul l et le marmiton Cauwain. Livre de prix pour les écoles (Picard et Kahn), Paris, Librairie d'éducation nationale, 1904.

Biographie

Il passe toute sa jeunesse à Quimper (Bretagne), puis s'installe à Paris, où il fréquente notamment le quartier de Montmartre et se fait de nombreux amis dont Picasso, qu'il rencontre en 1901, Braque, Matisse, Apollinaire et Modigliani.

Juif de naissance, il se convertit au catholicisme. Logeant au 7 de la rue Ravignan, l'image du Christ lui apparaît le 22 septembre 1909 sur le mur

La vie et l'Ouvre de max jacob


Chronologie


mobile-img