wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prévert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clément Marot

aime-cesaire

Aimé Césaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

René Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andrée Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 

Max Jacob



Louange - Poéme


Poéme / Poémes d'Max Jacob





Les astres sont tes ornements

Ils sont aussi tes armes

avec lesquelles tu blesses les démons

avec lesquelles tu fais tomber de congestion les mauvais arbres

De ton
Corps qui est comme une fleur

tu nourris les faibles croyants meilleurs

Pendant les déluges tu mets à l'abri

Noé pour qu'il crée la vigne esprit

Tu caresses du pied le globe et les planètes

et tu piétines le noir
Satan malin et bête.

Tu sauves de lui celui qui t'attend

Tu le balances un moment au-dessus du printemps

pour le pâmer au
Paradis extatiquement.

Gloire à
Ta
Bouche

dont le souffle

fait éclater les bourgeons

gloire à
Tes
Mains qui bénissent les fronts

gloire à
Tes
Pieds qui ont marché sur les eaux

gloire à
Ta
Grâce qui fait de moi ton roseau

gloire à
Ta
Grâce qui m'a surpris

plus humble qu'une antilope, plus orgueilleux qu'un génie.



Luxure, tu te connais là.

Démons, regardez mes yeux

et la transfiguration.

Si c'est
Dieu qui donna sa figure à la mienne

est-ce pour l'échanger à celle de
Satan ?

«
Qu'il était beau dans sa métamorphose »

et qui parle sinon le vice

qui regarde son complice.

Avec certaines poivrades

que tu cueilles dans les rades

tu t'abîmes tant le goût

que rien d'autre n'a de goût.

Où va le train que tu mènes

qui te mène de ce côté.

Les roues à tes tempes bourdonnent

et c'est la cloche qui sonne

sur les deux rails des damnés.

Dans les arbres de la plaine

je ne veux pas l'entendre encore

le cri de
Sainte
Madeleine.






Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Max Jacob
(1876 - 1944)
 
  Max Jacob - Portrait  
 
Portrait de Max Jacob


Orientation bibliographique / Ouvres

1903
Le Roi Kaboul l et le marmiton Cauwain. Livre de prix pour les écoles (Picard et Kahn), Paris, Librairie d'éducation nationale, 1904.

Biographie

Il passe toute sa jeunesse à Quimper (Bretagne), puis s'installe à Paris, où il fréquente notamment le quartier de Montmartre et se fait de nombreux amis dont Picasso, qu'il rencontre en 1901, Braque, Matisse, Apollinaire et Modigliani.

Juif de naissance, il se convertit au catholicisme. Logeant au 7 de la rue Ravignan, l'image du Christ lui apparaît le 22 septembre 1909 sur le mur

La vie et l'Ouvre de max jacob


Chronologie


mobile-img