wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prévert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clément Marot

aime-cesaire

Aimé Césaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

René Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andrée Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 

Max Jacob



Le départ du marin et la mort du poète - Poéme


Poéme / Poémes d'Max Jacob





Dites, algue très douce, adieu vers le bateau
Guère plus gros qu'un ex-voto !
De sa fine corde
Neptune à l'horizon
Comme de harpe veut jouer, le gros garçon.
Pâmoison des petites feuilles aristocratiques'
Selon ce qu'elles étaient et selon le contraire,
Quand il venait avec son air socratique
Causer « ports » avec les trois douaniers en vert,
Elles se tournent à l'endroit, à l'envers.
Ce bateau si petit sur la mer, le phare l'observe
De son oil de vieillard aveugle voilé de larmes
Et la sirène des usines de conserves
Comme un signal jette son cri d alarme.
Le môle qui jadis sentit ses pieds d'enfant nus
Le môle témoin de plusieurs chastes fiançailles
Qui protégea les rudes embarquements la nuit,
Il a voulu parler pour ne pas qu'il s'en aille
Sur ce bateau de nacre à l'aurore fragile.
Triste est le cri du paon au château de l'Anglaise
Et tristes les moutons ces boucles des falaises.
Tout ce qui se croise en l'azur se fait part -
Nuage, insecte, oiseau - de ton départ.
Sable blanc ! sable blanc ! mariage de raison
Lagune : face glabre !



La nature se tait : le flot fuit l'horizon !

Pas un bruit dans les arbres.

Reviens ! reviens ! dit la fumée

Levant le bras nonchalamment

Reviens ! murmure aussi le vent

Et le tumulte du marché

Et l'aboiement d'un vilain chien

Ne se traduit pas autrement

Reviens !

La servante du
Cheval
Blanc,

Elle porte une bague au doigt

Qu'elle mêle au ruissellement

Des verres qu'elle nettoie

Casimir offrirait sa rose

Mais il sait, il hésite, il n'ose

C'est ainsi que la nature pleure avec tous ses yeux

L'âme du poète qui va s'unir à
Dieu.






Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Max Jacob
(1876 - 1944)
 
  Max Jacob - Portrait  
 
Portrait de Max Jacob


Orientation bibliographique / Ouvres

1903
Le Roi Kaboul l et le marmiton Cauwain. Livre de prix pour les écoles (Picard et Kahn), Paris, Librairie d'éducation nationale, 1904.

Biographie

Il passe toute sa jeunesse à Quimper (Bretagne), puis s'installe à Paris, où il fréquente notamment le quartier de Montmartre et se fait de nombreux amis dont Picasso, qu'il rencontre en 1901, Braque, Matisse, Apollinaire et Modigliani.

Juif de naissance, il se convertit au catholicisme. Logeant au 7 de la rue Ravignan, l'image du Christ lui apparaît le 22 septembre 1909 sur le mur

La vie et l'Ouvre de max jacob


Chronologie


mobile-img