wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prévert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clément Marot

aime-cesaire

Aimé Césaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

René Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andrée Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 

Max Jacob



Je suis habité - Poéme


Poéme / Poémes d'Max Jacob





Jésus ! vous avez préparé le palais vert de la nature pour les hommes et vous avez groupé les animaux.
Vous avez illuminé l'azur et vous avez mis l'air frais toujours nouveau.
Vous avez répandu l'esprit dans l'univers et vous avez donné aux hommes le cerveau.
Vous avez inventé auprès de la souffrance si nécessaire à l'homme et qui fait progresser l'habitude, la prière, la force et la prudence

qui la fait supporter.
Jésus ! vous avez mis votre exemple sur terre et vous avez laissé les avis du salut.
Vous avez déposé le
Sang-Esprit lumière qu'on doit avoir en soi pour être votre élu.
Et puis vous êtes là pour surveiller le monde tant que le monde ira vous serez près de nous par votre ange et par vous la nature est féconde et c'est à vous qu'on doit ses aspects grands et doux par vous aussi le bien triomphe sur le vice synonyme d'intelligence est la vertu.
Par vous l'une et l'autre complices finissent par chasser l'ouvre du mal têtu.
Vous m'avez appelé un jour dans votre église vous m'avez consolé, vous m'avez désigné le vrai chemin hors des marais où l'on s'enlise et vous m'avez reçu quand les rois me chassaient.
Depuis que je
Vous ai, oh ! que la vie est douce !
Une prière ! et tout me vint en un moment le chagrin n'est plus qu'une leçon jalouse d'attendrir mon cour pour son perfectionnement.



J'étendrai mon esprit du pavé jusqu'au dôme

mon amour creusera le terrain sous vos pieds

mon amour fumera tout en haut des colonnes

et les autels de
Dieu en seront émaillés.

Voyez ! j'ai parsemé des gestes les plus tendres

pour l'aplanir

la dalle où vous devez venir

comme un enfant qui va des genoux et du ventre.

Je suis un brasero dont
Vous soufflez la braise

et mes pensées poissons sautent de la fournaise

des matelas de crin de l'animal instinct.

Velu, crotté, peureux l'homme est dans les égouts

embroché parqué dans ses frontières

les purins de cadavre lui montent aux genoux

il maquille des , il parfume de loin sa misère

ô l'éternel malade des landes, de ses toisons

d'où s'entend la voix basse des trahisons.

Or, petit que je sois derrière mes cloisons j'ouvre mes deux poitrines

c'est pour nourrir un arbre aux sanglantes racines.

Ses feuilles cacheront
Ton
Visage, ô
Saint
Discret.

Mais les décombres du mien moi vivant enterré

tout seul recevront sous la voûte des branches.



Je vous dois l'air que je respire et la lumière que je vois

je vous dois l'été après lequel j'aspire et je vous dois l'eau que je bois

je vous dois le ciel bleu, les plaines, les monts, les bois

je vous dois de parler, je vous dois de comprendre

je vous dois ce corps plein de chaleur

je vous dois ces deux mains qui se meuvent pour prendre

et ces deux pieds agiles et ces yeux enfantins

je vous dois mes bonheurs et mes heureux malheurs

le droit de travailler et de rire à mes heures.

J'admire la nature, de la cime au brin d'herbe

tout proclame
Ta
Force et tout vient de
Ton
Verbe.

Mon
Dieu, il n'est pas dans l'univers un son

qui ne s'échappe sans votre permission

il n'est pas un cheveu qui ne tombe sans vous

et nous devrions
Vous bénir tout le jour.

J'ai pleuré, j'ai souri au travers de mes larmes

j'ai donné à chacun, je me donne pour l'art.

Voici mon sang : prenez !
J'aurais donné ma vie.






Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Max Jacob
(1876 - 1944)
 
  Max Jacob - Portrait  
 
Portrait de Max Jacob


Orientation bibliographique / Ouvres

1903
Le Roi Kaboul l et le marmiton Cauwain. Livre de prix pour les écoles (Picard et Kahn), Paris, Librairie d'éducation nationale, 1904.

Biographie

Il passe toute sa jeunesse à Quimper (Bretagne), puis s'installe à Paris, où il fréquente notamment le quartier de Montmartre et se fait de nombreux amis dont Picasso, qu'il rencontre en 1901, Braque, Matisse, Apollinaire et Modigliani.

Juif de naissance, il se convertit au catholicisme. Logeant au 7 de la rue Ravignan, l'image du Christ lui apparaît le 22 septembre 1909 sur le mur

La vie et l'Ouvre de max jacob


Chronologie


mobile-img