wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prévert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clément Marot

aime-cesaire

Aimé Césaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

René Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andrée Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 

Max Jacob



éducation de parsiphal - Poéme


Poéme / Poémes d'Max Jacob





Puisque la guerre a dévoré son père

Ce petit-ci n'ira pas après lui.

Je n'irai pas deux fois au cimetière

Je ne serai pas orpheline de fils

Sur mon cheval devant ta mère assis.

Viens au-delà des montagnes de ce pays.

On t'habillera en fille tu ne seras pas pris !

De ce château les bois cachaient les tours

Ils empêchaient qu'en la salle il fit jour

Or « la fillette » n'aimait que la chasse

Elle relevait assez haut son jupon

Pour courir après les perdrix les bécasses

Dont il y avait autour de la maison.

Il rencontra femme nue à peau de soie

Casquée comme est en la
Grèce
Minerve même

Assise sur l'aire que lui donna l'octroi.

«
A toi le
Graal où fut notre
Saint
Chrême »

Tu seras fort, marche sous la forêt.

Quand tu tueras l'Homme aux armes dorées

Alors tu seras mené pur au roi
Arthur

Et sur la mer mangeras ton pain dur

Entre les rocs de
Galles et de
Gaule.

«
Adieu ma mère, que ma foi vous console,

«
Nos serviteurs et les gardes pandours

«
Je chercherai le
Saint-Graal mon amour ! »

Sa mère entend étant sur le parvis

Et l'entendant son âme quitte la vie

Pour celle des morts, son mari, ses grands-pères.



Et voici les deux clefs jumelles

Le vin du sacre et l'abandon

L'offrande avec la soutanelle

Par quelle porte arrive-t-elle ?

Reviendras-tu ? reviendra-t-elle

Prendre sa place à la maison ?

Le temps vous attend, nous entend

Peut-être as-tu des cheveux blancs ?

Pégase avait du plomb dans l'aile.

L'autre monture cache des ailes

Et les traces d'un incendie

D'une ville en sucre candi.

O toi qui vas bâtir au gous de la
Terre

Contre l'écueil !
Voici l'équerre

Et voici le compas, oil clair.

Adolescente, le soleil de mes yeux

fait mûrir le vin aux pointes de vos seins.

Et .








Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Max Jacob
(1876 - 1944)
 
  Max Jacob - Portrait  
 
Portrait de Max Jacob


Orientation bibliographique / Ouvres

1903
Le Roi Kaboul l et le marmiton Cauwain. Livre de prix pour les écoles (Picard et Kahn), Paris, Librairie d'éducation nationale, 1904.

Biographie

Il passe toute sa jeunesse à Quimper (Bretagne), puis s'installe à Paris, où il fréquente notamment le quartier de Montmartre et se fait de nombreux amis dont Picasso, qu'il rencontre en 1901, Braque, Matisse, Apollinaire et Modigliani.

Juif de naissance, il se convertit au catholicisme. Logeant au 7 de la rue Ravignan, l'image du Christ lui apparaît le 22 septembre 1909 sur le mur

La vie et l'Ouvre de max jacob


Chronologie


mobile-img