wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prévert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clément Marot

aime-cesaire

Aimé Césaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

René Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andrée Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 

Max Jacob



Course vers l'horizon - Poéme


Poéme / Poémes d'Max Jacob





Végétal vous êtes notre père blé notre père et nous voici vous êtes nos pères nos mères vous ondulez jusqu'à l'Esprit

Vous abordez jusqu'à l'Esprit écoutez le vent le tonnerre la nuit et le jour la rivière le cortège de tous les cris

Et c'est vers l'Esprit que tu cours poursuivi par la mort froide végétal oh je m'apitoie sur le tapis de ton amour

Qui joue à la course avec l'orage c'est la tête de l'homme sage qui à la course avec le vent l'homme solitaire et pauvre enfant

Fuyante proie du démon la nature vole et vocifère sous le ciel la plaine et les monts tremblant végétal de la terre



L'océan du blé le
Banquier le citron la pomme et l'orange s'incline au péristyle des anges là où commence la beauté

Ne rugis plus et n'éclabousse car le seigneur
Dieu va descendre avec un pied blanc sur la mousse avec un manteau sur la cendre.



II

Je puis me promener, me promener au grand cour sombre de la terre
Ecarlate est l'herbe menée sur l'aile forte du vent clair

Les cornes et les pieds des bêtes fouillent le bas du végétal et les dieux ont choisi ma tête pour guider le bien et le mal

Esprit le maître de ma vie tu n'es donc pas un prisonnier puisque tu galopes avec la poésie au-dessus de ton père le
Blé

Au-dessus des mers d'émeraude je dupe azur et les démons et cette vieillesse qui rôde
J'ouvre un chemin dans les plafonds

Je parle dans le puits des âges sévère est l'ordre de ma voix.
Je bénis, j'attire et présage ô terre écoute et ne vois pas.



III

Mort tu ne peux rien sur moi

- qu'en sais-tu -

venez le chemin est par là

les amis d'autres se sont tus

mort tu ne peux rien sur moi

La vie court en bredouillant

je regarde vers les
Dieux

qu'est-ce qui surgit du brouillard.

Je suis choisi parmi les
Dieux

Mon esprit suit l'ondulation marine

l'ondulation du
Père
Blé

mon esprit s'arrête aux collines

où vit l'esprit de mes aînés

Tout sera donc toujours dans l'ordre

combien de pierres et de peur

combien combien de graisse en fleur

et tout voltige jusqu'à l'Esprit

sous le vent de l'orage et l'hallucination

participe à tout l'horizon

participe à tout l'horizon

Il n'y a qu'un esprit pour tout l'horizon

celui des marches de l'horizon.






Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Max Jacob
(1876 - 1944)
 
  Max Jacob - Portrait  
 
Portrait de Max Jacob


Orientation bibliographique / Ouvres

1903
Le Roi Kaboul l et le marmiton Cauwain. Livre de prix pour les écoles (Picard et Kahn), Paris, Librairie d'éducation nationale, 1904.

Biographie

Il passe toute sa jeunesse à Quimper (Bretagne), puis s'installe à Paris, où il fréquente notamment le quartier de Montmartre et se fait de nombreux amis dont Picasso, qu'il rencontre en 1901, Braque, Matisse, Apollinaire et Modigliani.

Juif de naissance, il se convertit au catholicisme. Logeant au 7 de la rue Ravignan, l'image du Christ lui apparaît le 22 septembre 1909 sur le mur

La vie et l'Ouvre de max jacob


Chronologie


mobile-img