wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prévert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clément Marot

aime-cesaire

Aimé Césaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

René Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andrée Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 

Max Jacob



Bénéfices de dieu - Poéme


Poéme / Poémes d'Max Jacob





Ô toi agenouillé sur les prés de l'église

regarde un peu où tes crimes te conduisent

devant un
Dieu si bon, si puissant et si beau

regarde tes méfaits et ta vie de sabot.

Dieu s'est montré à toi et que fais-tu pour lui ?

Frappe-toi la poitrine, indigne, et dis « merci ».

Tu craques de partout, tu t'affoles et tu pèches

au lieu de préserver ra poitrine où tu bêches.

Dieu t'a donné l'esprit, l'intelligence et tout

il a donné sa mort, sa vie ; crains son courroux.

Dieu est patient et toi quelle délicatesse ?

Un rien te tourne et vire du côté de ta graisse.

Sois innocent, sois un enfant, vois ce tableau

d'un noir démon occupé de sa peau

et du
Dieu puissant qui te rappelle à l'ordre.

N'est-ce pas abuser de sa miséricorde

que de se confesser si souvent et si mal

et aussitôt après retourner à son mal.

Ce qui fait la grandeur de l'homme

l'as-tu ?
As-tu la lance en main, sur la tête le heaume

de la sagesse et de la volonté préservatrice

où est la lutte en toi ? où sont tes cicatrices ?

Bête et coquet, dur au moindre prochain

et l'orgueil broché sur cuirasse d'airain.



Bien entendu, je comprends mal

étant plus bête qu'un cheval

il en résulte un certain ridicule

je joue d'horribles infâmes rôles

et je me fais prendre pour un drôle

les uns me croient un demi-saint

d'autres voient juste en voyant « serin ».

Il faut en convenir chez mes meilleurs amis

je suis taxé d'infamie.

Et tout cela si lourd si bête

lourd comme mon profil et ma tête.

Qui vivra verra

Tête et queue de rat.

Tout de même l'enfer,

et ses grilles en fer.

Pendant que je me livre à toutes les fantaisies

de ma bêtise immense et profonde

Dieu maître premier de la terre et de l'onde

me comble de miséricorde et de pardon.

Il me traite comme son petit garçon

à qui l'on donne des bonbons

tous les matins messe, communion

tribunal de
Grâces, confessions

et j'arrive là avec mes colères

mes susceptibilités, mes inclinations grossières

avec mes airs supérieurs et mon arrogance

avec mon « tout pour la panse »

ma fatigue pour tout ce qui pense

et la visible infériorité

d'un homme qui se croit élevé.



Dieu ! regardez mes souffrances

elles sont archiméritées

par un imbécile fieffé qui se met dans des situations atroces

soit parce qu'il a voulu être rosse

soit parce qu'il n'a pas su être bon.






Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Max Jacob
(1876 - 1944)
 
  Max Jacob - Portrait  
 
Portrait de Max Jacob


Orientation bibliographique / Ouvres

1903
Le Roi Kaboul l et le marmiton Cauwain. Livre de prix pour les écoles (Picard et Kahn), Paris, Librairie d'éducation nationale, 1904.

Biographie

Il passe toute sa jeunesse à Quimper (Bretagne), puis s'installe à Paris, où il fréquente notamment le quartier de Montmartre et se fait de nombreux amis dont Picasso, qu'il rencontre en 1901, Braque, Matisse, Apollinaire et Modigliani.

Juif de naissance, il se convertit au catholicisme. Logeant au 7 de la rue Ravignan, l'image du Christ lui apparaît le 22 septembre 1909 sur le mur

La vie et l'Ouvre de max jacob


Chronologie


mobile-img