Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Max Jacob

Apéritif - Poéme


Poéme / Poémes d'Max Jacob





Les grands spahis tout rouges
Confesseurs de diablesses
Un soir d'été à
Montrouge
M'ont conté leurs prouesses.



«
Un jour, dit l'un, le négous
Me fit cadeau d'un burnous
Et d'un grand plat de couscous.

Ses femmes qui étaient laides
Allaient à vélocipèdes. »



L'autre est pour l'autre sexe un cruel mousquetaire.

La taille d'un grenadier

L'allure d'un gabier

Les grâces d'un gondolier

Ce qu'il faut pour le gibier.

Haut dignitaire de l'adultère

Il nomme les femmes « panthères ».



Mêlons aux feuilles d'automne
Les mâles récits du désert :
La coupole des astronomes
Luit au loin dans le ciel clair.



Ils commandent deux vermouths :
Les spahis sont gastronomes
Et pour distraire le raout
Ils me parlent de
Beyrouth
Et du grand sultan
Mahmoud.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Max Jacob
(1876 - 1944)
 
  Max Jacob - Portrait  
 
Portrait de Max Jacob


Orientation bibliographique / Œuvres

1903
Le Roi Kaboul l et le marmiton Cauwain. Livre de prix pour les écoles (Picard et Kahn), Paris, Librairie d'éducation nationale, 1904.

Biographie

Il passe toute sa jeunesse à Quimper (Bretagne), puis s'installe à Paris, où il fréquente notamment le quartier de Montmartre et se fait de nombreux amis dont Picasso, qu'il rencontre en 1901, Braque, Matisse, Apollinaire et Modigliani.

Juif de naissance, il se convertit au catholicisme. Logeant au 7 de la rue Ravignan, l'image du Christ lui apparaît le 22 septembre 1909 sur le mur

La vie et l'Œuvre de max jacob


Chronologie