wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prévert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clément Marot

aime-cesaire

Aimé Césaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

René Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andrée Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 

Marceline Desbordes-Valmore



élégie i - Élégie


Élégie / Poémes d'Marceline Desbordes-Valmore





Toi qui m'as tout repris jusqu'au bonheur d'attendre,
Tu m'as laissé pourtant l'aliment d'un cour tendre.
L'amour ! et ma mémoire où se nourrit l'amour :
Je lui dois le passé ; c'est presque ton retour !
C'est là que tu m'entends, c'est là que je t'adore ;
C'est là que sans fierté je me révèle encore.
Ma vie est dans ce rêve où tu ne fuis jamais :
Il a ta voix ; ta voix ! tu sais si je l'aimais !
C'est là que je te plains ; car plus d'une blessure,
Plus d'une gloire éteinte a troublé, j'en suis sûre,
Ton cour, si généreux pour d'autres que pour moi :
Je t'ai senti gémir ; je pleurais avec toi !



Qui donc saura te plaindre au fond de ta retraite,

Quand le cri de ma mort ira frapper ton sein ?

Tu t'éveilleras seul dans la foule distraite,

Où des amis d'un jour s'entr'égare l'essaim ;

Tu n'y sentiras plus une âme palpitante

Au bruit de tes malheurs, de tes moindres revers ;

Ta vie, après ma mort, sera moins éclatante ;

Une part de toi-même aura fui l'univers.

Il est doux d'être aimé !
Cette croyance intime

Donne à tout on ne sait quel air d'enchantement ;

L'infidèle est content des pleurs de sa victime ;

Et, fier, aux pieds d'une autre il en est plus charmant.



L as-tu dit ?...
Oui, cruel, oui, je crois tout possible ;
Je te pardonne tout, sois heureux, tout est bien :
Le ciel qui t'avait fait pour me rendre sensible,
Oublia que pour plaire il ne me donnait rien.
Et je fuis ; je t'échappe au milieu de tes fêtes,

Où tant de voux ont divisé nos pas !

L'éloignement, triste bienfait, hélas !

Semble un rideau jeté sur tes conquêtes.

Je n'entends plus ces déchirantes voix,
Qui vont chercher des pleurs jusques au fond des
Ces mots inachevés, qui m'ont dit tant de fois [âmes ;

Les noms changeants de tes errantes flammes :

Je les sais tous ! ils ont brisé mes voux ;
Mais je n'étouffe plus dans mon incertitude :
Nous mourrons désunis ; n'est-ce pas, tu le veux ?
Pour t'oublier, viens voir !... qu'ai-je dit ? vaine étude.
Où la nature apprend à surmonter ses cris :
Pour déguiser mon cour, que m'avez-vous appris ?
Ta vérité s'élance à mes lèvres sincères :
Sincère, elle t'appelle, et tu ne l'entends pas !
Ah ! sans t'avoir troublé qu'elle meure tout bas !
Je ne sais point m'armer de froideurs mensongères ;
Je sais fuir : en fuyant on cache sa douleur,

Et la fatigue endort jusqu'au malheur.
Oui, plus que toi l'absence est douce aux cours

[fidèles :
Du temps qui nous effeuille elle amortit les ailes ;
Son voile a protégé l'ingrat qu'on veut chérir :
On ose aimer encore ; on ne veut plus mourir.






Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Marceline Desbordes-Valmore
(1786 - 1859)
 
  Marceline Desbordes-Valmore - Portrait  
 
Portrait de Marceline Desbordes-Valmore


Biographie / Ouvres

Née à Douai en 1786, elle devient chanteuse puis comédienne et elle épouse en 1817 un certain Valmore, acteur dont elle fera passer le nom à la postérité.

Chronologie


mobile-img