wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prévert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clément Marot

aime-cesaire

Aimé Césaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

René Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andrée Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 

Louis Aragon



Noces dans la rue - Poéme


Poéme / Poémes d'Louis Aragon





La
Mort n'est-elle pas la même pour le bouf aux
Abattoirs pour l'homme au
Métro
Marbeuf

C'est une grande actrice à qui tous les rôles conviennent
Lady
Macbeth du
Pont-de-Flandre
Andromaque au
Parc

Montsouris

Au croc-en-jamfee habile et belle comme une retombée atomique

Mais incomparable surtout dans l'accident d'automobile

Où d'un coup se déchire l'homme et se construit son monument



Je vous salue échafaudages sur la voie

Publique dans le fracas les cris et le craquement des corps et

roues

Où rien n'a plus sa place anatomique ni le moteur ni la bouche

Un carrefour d'enfants étouffés la féerie

Du ventre ouvert je vous salue

Amours monstrueux du fer de la vitre et de la fourrure

Où des inconnus se sont croisés pour fleurir le néant

Je vous salue équilibristes devant la salle d'applaudir épouvantée

Ô roses pétrifiées

Quelque part dans la nuit du
Rond-Point des
Champs-Elysées
Dans le silence à midi des
Batignolles

Je vous salue éclatements qui portez la lumière tragique au sein d'un monde casanier

Il n'y a plus de rivalité possible entre Odipe roulant des

marches

Et l'accident aveugle énorme imprévu

O mort moderne et le sac-à-main sur la chaussée

Tu démodes les danses macabres d'un coup de cymbale

Le squelette et la faux qui lui faut n'y sont plus que symboles

Auprès des fêtes opimes, que tu donnes dans la ville

Grandes machines de théâtre pièces-montées

D'accessoires fontaines des victimes

Tonte une vue en plein vent qu'on renverse et la jambe écrasée



Je vous salue ô défunts du milieu du monde
Pris à court de vous-mêmes pour une démonstration d'absurdité
Hiéroglyphes héros d'une sauvagerie à jamais inexpliquée
Romans déchirés avant qu'on en ait coupé les pages

Et la hâte sur vous avant que vous ayez salué
César

Je vous salue êtres épars télescopés je vous salue

O mesures pour rien

Trépas sans signification que la coupure

Et
Paris n'a pour vous sanglot premier que l'appel pressé de
Police-Secours

Sonnant les nouvelles noces





Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Louis Aragon
(1897 - 1982)
 
  Louis Aragon - Portrait  
 
Portrait de Louis Aragon


Biographie

Louis Aragon, que son père, un haut fonctionnaire et député, n'a jamais voulu reconnaître, montre très jeune un don pour l'écriture. Il est étudiant en médecine lorsqu'il rencontre André Breton en 1916 avec lequel il se lie d'amitié. En 1918, il publie ses premiers poèmes, puis part, en tant que médecin auxiliaire, au front des Ardennes. Son courage lui vaut d'être décoré de la Croix de Guerre.

Principales oeuvres

POÈMES ET POÉSIES

Citations de louis aragon


mobile-img