Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jules Verne

Chatterton - Poéme


Poéme / Poémes d'Jules Verne





Toi, qui voulus en vain soulager ces douleurs,
Verse, grave
Quaker, ta prière et tes pleurs
I

Kitty
Bell a souffert et
Kitty
Bell est morte
Elle était femme et faible, et pour son pauvre corps,
L'amour était trop vif, son âme était trop forte ;
Mais chaste,
Kitty
Bell a fini sans remords !

A ses enfants aimés abandonnant sa vie,

N'ayant que leurs chansons pour chants de troubadour,

A l'amour maternel elle bornait l'amour ;

D'autres pensers jamais elle ne fut suivie !

Toi, qui voulus en vain soulager ces douleurs,
Verse, grave
Quaker, ta prière et tes pleurs !

Mère, elle fut amante ; à l'amour maternelle,

Qu'elle para ' alors de brûlantes couleurs,

Elle unit l'autre amour, comme une seconde aile,

Mais pour voler, hélas ! vers le champ des douleurs !

Chatterton était pauvre, et sa tête affamée

Se teignait du reflet du feu sacré, divin,

Dont l'éclat passager s'éteint le lendemain,

Mais qui donne à l'amour son essence enflammée ;

Toi, qui voulus en vain soulager ces douleurs,
Verse, grave
Quaker, ta prière et tes pleurs !

Il était jeune encor ! mais les promptes années
Au matin triste, au jour d'ennui, de désespoir,



Pour lui se mesuraient au nombre des pensées,
Accablantes au cœur, qui n'avaient pas de soir !
Son vers, grave et profond, travaillait en sa tête
Pour lui donner le pain, gagné par sa sueur !
Il aima
Kitty
Bell ! par la mort, en son cœur
Il éteignit l'amour et l'âme du poète !

Toi, qui voulus en vain soulager ces douleurs,
Verse, grave
Quaker, ta prière et tes pleurs !

Chatterton !
Kitty
Bell !
La même poésie

Avait frappé vos cœurs de ces brûlants amours !

La mort les a faits purs !
Elle s'en est saisie !

Ce que saisit la mort est fini pour toujours !

Ils s'aimèrent tous deux sans jamais s'en instruire,

Ils souffraient en silence, ils souffraient sans remords !

Un seul instant tous deux, ils purent se le dire !...

Doux moment... ! mais ce fut le moment de la mort !






Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jules Verne
(1828 - 1905)
 
  Jules Verne - Portrait  
 
Portrait de Jules Verne


Biographie / Œuvres

Jules Verne naquit à Nantes le 8 février 1828. Son père, Pierre Verne, fils d'un magistrat de Provins, s'était rendu acquéreur en 1825 d'une étude d'avoué et avait épousé en 1827 Sophie Allotte de la Füye, d'une famille nantaise aisée qui comptait des navigateurs et des armateurs. Jules Verne eut un frère : Paul (1829 - 1897) et trois soeurs : Anna, Mathilde et Marie. À six ans, il prend ses premi

Chronologie

LA VIE ET L'OEUVRE DE JULES VERNE