Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jules Verne

Au général cambronne - Poéme


Poéme / Poémes d'Jules Verne





Gloire au héros soldat, au général, au brave
Qui fait de la victoire une éternelle esclave,

Quand son cœur est français,
Quand il est si fidèle à sa noble devise,
Qu'il réponde : toujours ! à l'honneur, et qu'il dise

A la honte : jamais !



Le sabre vaut le sceptre, et la gloire le trône,
Lorsque, vainqueur illustre, on s'appelle
Cambronne,

Et qu'à ce noble nom
L'histoire, déroulant ses pages héroïques,
Nous montre des d'Assas, aux exploits homériques,



Le digne compagnon !

Il est de ces beaux cris que les siècles entendent

Qui dans le cœur de tous comme un torrent s'épandent,



Féconds, glorieux mots,
Qui jetés à l'armée, au sein de la bataille,
Font des pauvres soldats courbés sous la mitraille,

D'invincibles héros !



Ces terribles élans qui s'échappent de l'âme,
Bondissent dans les rangs, brûlent comme la flamme,

Raniment les blessés,
Partent comme un boulet sous l'effort de la poudre,
Et qui dans leur fureur, semblables à la foudre,



Par
Dieu seul sont lancés.

Nous en savons de toi ! car sommé de te rendre,
Quand ton bras affaibli ne pouvait te défendre,



Que morts ou dispersés,
Tes braves, de leur corps jonchaient l'humide plaine,
Que l'honneur, haletant, épuisé, hors d'haleine,

Te criait : c'est assez !

Tu presses sur ton cœur ardent à la victoire

De ton drapeau brisé tous les lambeaux de gloire



Arrachés aux combats !
Baïonnettes, boulets, rien, rien ne te retarde !
Cambronne, et tu réponds, en t'élançant : «
La garde

Meurt, et ne se rend pas ! »



Nous ne t'oublions pas, car nos jeunes années,
A ces nobles récits sans cesse ramenées,

Connurent tes hauts faits !
Et nos mères, berçant nos ennuis de l'enfance,
Nous chantaient, en chantant la gloire de la
France,

Le général nantais !



Nous ne l'oublierons pas ; tout faibles que nous sommes,
Nous ne savons montrer au brave entre les hommes

Un dédain déloyal !
Ta mémoire de bronze, ainsi que ta statue,
A, défiant du temps la haine confondue,



Nos cœurs pour piédestal !

Et nous, si quelque jour un tribun sanguinaire»
Voulait à ses arrêts dictés par la colère,

Nous forcer d'obéir
Instruits par toi,
Cambronne, à ne jamais se rendre,
Nous marcherions à lui ! nous saurions nous défendre,



Ou nous saurions mourir !






Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jules Verne
(1828 - 1905)
 
  Jules Verne - Portrait  
 
Portrait de Jules Verne


Biographie / Œuvres

Jules Verne naquit à Nantes le 8 février 1828. Son père, Pierre Verne, fils d'un magistrat de Provins, s'était rendu acquéreur en 1825 d'une étude d'avoué et avait épousé en 1827 Sophie Allotte de la Füye, d'une famille nantaise aisée qui comptait des navigateurs et des armateurs. Jules Verne eut un frère : Paul (1829 - 1897) et trois soeurs : Anna, Mathilde et Marie. À six ans, il prend ses premi

Chronologie

LA VIE ET L'OEUVRE DE JULES VERNE