wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prévert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clément Marot

aime-cesaire

Aimé Césaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

René Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andrée Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 

Jules Supervielle



Le capitaine - Poéme


Poéme / Poémes d'Jules Supervielle





Peut-être un palanquin pour toute ma détresse
Suffirait-il s'il est balancé par l'amour,
Si dans le soir hindou au duvet de velours,
Il m'enveloppe avec des ruses de maîtresse.



De tendres éléphants, le dos rond de bontés,

Et dont la trompe joue aux cornes d'abondance,

Ne pourront-ils jamais donner la confiance

A ce cerveau qui cherche une sérénité?



Dromadaires, hamacs vivants et pathétiques,
Rugueux comme la peau brûlante de l'Afrique,
O mes chers sinueux au profil montagnard,
Au regard triste et nu comme une ouvre sans art,



Ne serai-je jamais le troublant capitaine

De notre double peine?
Ne vous verrai-je point, étranges confidents,
Grandir à l'horizon des sables du néant?



Que m'importe le cirque odorant des montagnes,

La plaine au soleil aiguisé

Et la chèvre, sour du rocher,
Et le chêne têtu qui dompte la campagne.



Je ne sais plus, nature, entendre ta prière,

Ni l'angoisse de l'horizon,
Et me voici parmi les arbres et les joncs
Sans mémoire et sans yeux comme l'eau des rivières.






Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jules Supervielle
(1884 - 1960)
 
  Jules Supervielle - Portrait  
 
Portrait de Jules Supervielle


Biographie / Ouvres

Ses parents, français, se sont expatriés en Uruguay pour fonder une banque. De retour en France pour des vacances, l'année même de la naissance de Jules, il meurent tous les deux : il devait y avoir quelque chose dans l'eau du robinet. C'est son oncle et sa tante qui l'élèvent et qui s'occupent de la banque en Uruguay.
Ce n'est qu'à l'âge de 9 ans qu'il apprend qu'il est adopté.

Chronologie

De 1880 à 1883 : Bernard, oncle du poète, fonde en Uruguay une banque avec sa femme Marie-Anne. Cette entreprise devient rapidement familiale : Bernard demande à son frère Jules, père du poète, de venir le rejoindre en Uruguay. Jules fait du trio un parfait quatuor en épousant sa propre belle-soeur, Marie, soeur de Marie-Anne et mère du poète.

mobile-img