Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jean Moréas

Stances - Poéme


Poéme / Poémes d'Jean Moréas





Ne dites pas : la vie est un joyeux festin ;
Ou c'est d'un esprit sot ou c'est d'une âme basse.
Surtout ne dites point : elle est malheur sans fin;
C'est d'un mauvais courage et qui trop tôt se lasse.



Riez comme au printemps s'agitent les rameaux,
Pleurez comme la bise ou le flot sur la grève,
Goûtez tous les plaisirs et souffrez tous les maux;
Et dites : c'est beaucoup et c'est l'ombre d'un rêve.



Le coq chante là-bas ; un faible jour tranquille

Blanchit autour de moi;
Une dernière flamme aux portes de la ville

Brille au mur de l'octroi.

O mon second berceau,
Paris, tu dors encore



Quand je suis éveillé
Et que j'entends le pouls de mon grand cœur sonore

Sombre et dépareillé.

Que veut-il, que veut-il, ce cœur? malgré la cendre

Du temps, malgré les maux,
Pense-t-il reverdir, comme la tige tendre

Se couvre de rameaux?








Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jean Moréas
(1856 - 1910)
 
  Jean Moréas - Portrait  
 
Portrait de Jean Moréas