Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jean de La Gessee

Si je la voy près d'un ruisseau coulant - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Jean de La Gessee





Si je la voy près d'un ruisseau coulant,
Elle me semble une belle
Naiade :
Elle me semble une belle
Driade,
Si je la voy l'herbe des prez foulant.



Si je la voy par les hautz lieus allant,
Je pense voir une vraye
Oreade :
Et la compare à quelque
Hamadriade *,
Lors qu'au jardin ses beautez va çellant.



Que diray plus ? certes je ne me trompe :
Car s'elle avoit l'arc, la trousse, et la trompe,
On la viendrait pour
Diane choysir.



Diane, à qui les
Nymphes font hommage :
Mais qui n'a point un si plaisant visage
Que ceste
Vierge, où niche mon désir.








Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jean de La Gessee
(? - 1596)
Portrait de Jean de La Gessee