wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prévert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clément Marot

aime-cesaire

Aimé Césaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

René Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andrée Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 

Jean Anouilh



La girafe et la tortue - Fable


Fable / Poémes d'Jean Anouilh





Pour son air de bravoure et pour sa haute taille

La girafe un jour voulut être roi.

Elle n'avait pas gagné de bataille

Mais elle avait en maint endroit,

Du haut de son haut col dominant la mêlée,

Par des ruses bien calculées,

Donné l'impression de diriger la guerre...

Maints loups, maints lions, étaient morts bravement

En faisant bravement l'ouvrage,

Et la girafe n'avait guère

Fait qu'encourager le courage

Et décorer les survivants.

Mais les animaux sont si bêtes

Qu'ils pensaient que sa haute tête,

Placée si haut, devait voir plus avant;

Avoir une hauteur de vues,

Jusqu'ici, hélas! inconnue

Chez les autres gouvernements.

C'est d'ailleurs, dans leur grande presse,

Ce que proclamaient les rats

Qui comptaient bien se servir d'elle avec adresse...

(Car rat ne fait rien qui ne servira,

Un jour ou l'autre, au peuple rat.)

Les renards de son entourage

La décrivaient savante et sage.

Ils flattaient son ambition

Y trouvant leur situation.

On verrait à tourner casaque,

Habilement, le fruit cueilli,

S'il advenait que cela craque.

Pour le reste des animaux de la baraque

(Tout cela se passait à la fête à
Neuilly)

Bon peuple cocardier lorsque le clairon sonne,

Ravi pourvu qu'on boive et que l'on saucissonne,

Et qu'on le laisse en paix additionner ses sous;

Ils l'acclamaient comme des fous

Quand elle traversait, dominant de la tête

Leurs rangs pressés, serrant des mains, les jours de

fête-La grandeur du peuple animal
Etait en bonne patte et, pourvu que ça dure,
Qu'on puisse gentiment bricoler sa voiture,

Le reste on s'en foutait pas mal.
Tout allait bien : c'était écrit dans le journal.



Tout allait de plus en plus mal.
En voulant tromper tout le monde

La girafe se trompa.
La ruse chez les grands, que les sots croient féconde,

En fin de compte ne paie pas.

Le jour qu'on en convint, elle avait la couronne,

La police, les tanks et le goût de la pogne,

Un solide mépris du reste des humains :

Elle coffra les moindres plaisantins.

Les animaux se lamentèrent

Prenant à témoin la terre

Entière

Qu'ils avaient toujours combattu

L'abus du pouvoir absolu -

Et la preuve était sans réplique

Puisque c'est eux qui l'avaient inventée,

La
République...

La tortue, qui va lentement,

Est toujours en retard sur les événements.

Elle s'était pourtant hâtée,

Mais elle arrivait seulement.

«
Je n'ai pas le goût de la trique.

Je viens voter « non », leur dit-elle.

(O ironie ! elle apportait sur le forum

Son bulletin pour le premier référendum)

Voyant la foule, autour, des grandes circonstances :

«
Je vois avec plaisir que je suis en avance »,

Ajouta-t-elle.

Ils n'auraient pas manqué de rire en temps normal,



Car la lenteur sempiternelle
De ce très prudent animal
C'est notre fonds comique en
France
Où l'imbécillité même se croit des ailes-Mornes, ils baissèrent le nez.
Ils n'avaient même plus le cour à ricaner, (Fait très rare, chacun le sait,
Chez des
Français).
La tortue poursuivit : «
Messieurs, je vote contre,
Car je ne suis point, moi, dupe de sa hauteur.

C'est très joli ce que l'on montre,

Ce qu'il faut mesurer c'est le niveau du cour.

Pour celle-ci, si je comprends,

Ce n'est que le cou qu'elle a grand.

Mais où est donc la petite boîte ? »

Ils n'osèrent pas avouer,

Gens de gauche et gens de droite,

Qu'avec le reste, ils se l'étaient laissé flouer,

Hélas ! par la girafe adroite,

Un jour, yeux dans les yeux, qu'on criait «
Haut les

cours ! »

Gardons-nous bien pour un empire

(C'est vraiment le cas de le dire)

De confondre à jamais gigantisme et grandeur.






Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jean Anouilh
(1910 - 1987)
 
  Jean Anouilh - Portrait  
 
Portrait de Jean Anouilh


Carrière

Formation

Biographie de jean anouilh

Jean Anouilh est né en 1910 à Bordeaux (France). Son père est tailleur et sa mère est musicienne et professeur de piano, elle joue dans un orchestre se produisant sur des scènes de casino en province.

Ouvre

Théâtre

mobile-img