Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jacques Prévert

Ville d'eau - Poéme


Poéme / Poémes d'Jacques Prévert





Ils se promènent

Ils se rencontrent

Ils se saluent

Ils se font des politesses

Ils échangent des idées

Ils sont laids et abîmés

décorés et honorés

Il y a trop de mauvaise graisse

entre leurs os et leur peau

et l'on dirait que tous les animaux

qu'ils ont mangés

en se laissant manger

se sont vengés

Ils ont trop mangé d'animaux morts

Ils ont pendu par le cou des oiseaux morts et abîmés

Ils ont trop mangé d'oiseaux abîmés

ils ont beaucoup trop bu de vins beaucoup trop vieux

Ils sont trop vieux trop vieux et trop laids

et ils le savent bien

Ils ont mangé et bu la part des autres

et quand ils regardent les autres

ils voudraient bien

les voir crever comme des chiens pauvres

dans un coin



Ils ont le cheveu rare et la mauvaise humeur

Et une façon de regarder sans rien voir

une façon de faire semblant de regarder

semblant de voir

c'est à dégueuler

oui à dégueuler

là vraiment

sur-le-champ

Et quand ils boivent leur eau sale

dans des misérables petits gobelets

ils rient d'un atroce petit rire

ils plaisantent en grinçant des dents

et les misères les plus secrètes

de leurs tristes corps condamnés

font très précisément les frais

de leurs confidences obscènes

de leur épouvantable hilarité







Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jacques Prévert
(1900 - 1977)
 
  Jacques Prévert - Portrait  
 
Portrait de Jacques Prévert


Biographie / chronologie

Jacques ne veut rien savoir de tout ce qui s’appelle PRISON, il n’aime guère les prêtres et serviteurs d’ Église, car cela représente, à ses yeux, le pouvoir autoritaire, la passéisme le plus absolu et le conformisme le plus borné. La violence de l’anticléricalisme prévertien sera souvent rejetée avec dégoût et escamotée au profit de son intérêt pour les enfants, les fleurs ou les petits oiseaux.