Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jacques Prévert

OÙ je vais, d'oÙ je viens... - Poéme


Poéme / Poémes d'Jacques Prévert





Où je vais, d'où je viens.

Pourquoi je suis trempée.

Voyons, ça se voit bien.

Il pleut.

La pluie, c'est de la pluie

Je vais dessous, et puis.

Et puis c'est tout.

Passez votre chemin

Comme je passe le mien.

C'est pour mon plaisir

Que je pataug-e dans la boue.

La pluie, ça me fait rire.

Je ris de tout et de tout et de tout.

Si vous avez la larme facile

Rentrez plutôt chez vous.

Pleurez plutôt sur vous,

Mais laissez-moi.

Laissez-moi, laissez-moi, laissez-moi, laissez-moi.

Je ne veux pas entendre le son de votre voix,

Passez votre chemin



Comme je passe le mien.

Le seul homme que j'aimais,

c'est vous qui l'avez tué,

matraqué, piétiné...

achevé.

J'ai vu son sang couler,

couler dans le ruisseau,

dans le ruisseau.

Passez votre chemin

comme je passe le mien.

L'homme que j'aimais

est mort, la tête dans la boue.

Ce que j'peux vous haïr,

vous haïr... c'est fou... c'est fou... c'est fou.

Et vous vous attendrissez sur moi,

vous êtes trop bons pour moi,

beaucoup trop bons, croyez-moi.

Vous êtes bons... bons comme le ratier est bon pour le

rat... mais un jour... un jour viendra où le rat vous mordra...
Passez votre chemin, hommes bons... hommes de bien.









Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jacques Prévert
(1900 - 1977)
 
  Jacques Prévert - Portrait  
 
Portrait de Jacques Prévert


Biographie / chronologie

Jacques ne veut rien savoir de tout ce qui s’appelle PRISON, il n’aime guère les prêtres et serviteurs d’ Église, car cela représente, à ses yeux, le pouvoir autoritaire, la passéisme le plus absolu et le conformisme le plus borné. La violence de l’anticléricalisme prévertien sera souvent rejetée avec dégoût et escamotée au profit de son intérêt pour les enfants, les fleurs ou les petits oiseaux.