Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jacques Prévert

Magritte - Poéme


Poéme / Poémes d'Jacques Prévert





Aujourd'hui, de même que l'aromancier, comme la seiche, déverse méthodiquement son encre pour se dissimuler, le peintre tachiste jette sur la toile, avec une désinvolture frénétiquement pré-fabriquée, les très vacillantes esquisses de l'inconsciente et refoulée autocritique de son involontaire autoportrait.

Magritte, lui, c'est plutôt l'art dépoli.

Il ne se regarde pas dans la glace, il entre dans l'armoire sans frapper et traverse le mur contre lequel l'armoire est plantée.
Sur ce mur il peint une toile et sur cette toile il peint ce mur:

au pied de ce mur le sort est jeté le bon comme le mauvais.
Il les peint tous les deux.

La peinture de
Magritte c'est l'évidence même des objets et des êtres et des choses et autres

Des choses qui n'arrivent qu'à lui parce qu'il garde jour et nuit grandes ouvertes toutes les portes et fenêtres toutes les lucarnes de sa tête.

Elle ne court pas les rues, cette peinture, elle ne pose pas pour la galerie, elle ne s'explique pas, elle ne s'impose pas.

Elle est là.

Rare comme le suicide d'un roi ou la rare beauté d'une reine, surprenante comme les plus proches souvenirs des plus lointains des rêves, belle comme une vérité première dans un puits de science poétique.
Elle est là et ailleurs en même temps, d'ailleurs ailleurs où est-ce exactement?
On dirait parfois que
Magritte le sait, ou le devine, ou le surprend.









Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jacques Prévert
(1900 - 1977)
 
  Jacques Prévert - Portrait  
 
Portrait de Jacques Prévert


Biographie / chronologie

Jacques ne veut rien savoir de tout ce qui s’appelle PRISON, il n’aime guère les prêtres et serviteurs d’ Église, car cela représente, à ses yeux, le pouvoir autoritaire, la passéisme le plus absolu et le conformisme le plus borné. La violence de l’anticléricalisme prévertien sera souvent rejetée avec dégoût et escamotée au profit de son intérêt pour les enfants, les fleurs ou les petits oiseaux.