Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jacques Prévert

L'ordre nouveau - Poéme


Poéme / Poémes d'Jacques Prévert





Le soleil gît sur le sol

Litre de vin rouge brisé

Une maison comme un ivrogne

Sur le pavé s'est écroulée

Et sous son porche encore debout

Une jeune fille est allongée

Un homme à genoux près d'elle

Est en train de l'achever

Dans la plaie où remue le fer

Le cœur ne cesse de saigner

Et l'homme pousse un cri de guerre

Comme un absurde cri de paon

Et son cri se perd dans la nuit

Hors la vie hors du temps

Et l'homme au visage de poussière

L'homme perdu et abîmé

Se redresse et crie «
Heil
Hitler ! »

Dune voix désespérée

En face de lui dans les débris

D'une boutique calcinée

Le portrait d'un vieillard blême

Le regarde avec bonté

Sur sa manche des étoiles brillent

D'autres aussi sur son képi



Comme les étoiles brillent à
Noël

Sur les sapins pour les petits

Et l'homme des sections d'assaut

Devant le merveilleux chromo

Soudain se retrouve en famille

Au cœur même de l'ordre nouveau

Et remet son poignard dans sa gaine

Et s'en va tout droit devant lui

Automate de l'Europe nouvelle

Détraqué par le mal du pays

Adieu adieu
Lily
Marlène

Et son pas et son chant s'éloignent dans la nuit

Et le portrait du vieillard blême

Au milieu des décombres

Reste seul et sourit

Tranquille dans la pénombre

Sénile et sûr de lui.







Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jacques Prévert
(1900 - 1977)
 
  Jacques Prévert - Portrait  
 
Portrait de Jacques Prévert


Biographie / chronologie

Jacques ne veut rien savoir de tout ce qui s’appelle PRISON, il n’aime guère les prêtres et serviteurs d’ Église, car cela représente, à ses yeux, le pouvoir autoritaire, la passéisme le plus absolu et le conformisme le plus borné. La violence de l’anticléricalisme prévertien sera souvent rejetée avec dégoût et escamotée au profit de son intérêt pour les enfants, les fleurs ou les petits oiseaux.