Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jacques Prévert

L'orage et l'éclaircie - Poéme


Poéme / Poémes d'Jacques Prévert





Un chien fou dans les couloirs d'une maison de santé cherche son maître mort depuis l'été dernier

Un arbre ou une pendule un oiseau un couteau une mauvaise nouvelle une bonne nouvelle

Ton visage d'enfant comme une crème terrible tout à coup s'est figé
Ton sourire

comme une roue dentée s'est mis à tourner perdu crispé escamoté
Et l'eau merveilleuse de tes yeux verts et gris s'est tarie
La foudre

la petite foudre noire de la haine de la détresse et du

savoir a lui pour moi

Signal de toute la terre visage en tous sens retourné message du désespoir de la lucidité
Et puis soudain plus rien rien d'autre que ton visage ingénu enfantin tout seul comme un volcan éteint

Et puis

la fatigue l'indifférence la gentillesse et l'espoir de

dormir et même le courage de sourire.









Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jacques Prévert
(1900 - 1977)
 
  Jacques Prévert - Portrait  
 
Portrait de Jacques Prévert


Biographie / chronologie

Jacques ne veut rien savoir de tout ce qui s’appelle PRISON, il n’aime guère les prêtres et serviteurs d’ Église, car cela représente, à ses yeux, le pouvoir autoritaire, la passéisme le plus absolu et le conformisme le plus borné. La violence de l’anticléricalisme prévertien sera souvent rejetée avec dégoût et escamotée au profit de son intérêt pour les enfants, les fleurs ou les petits oiseaux.