Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jacques Prévert

Les feuilles mortes - Poéme


Poéme / Poémes d'Jacques Prévert





Oh!
Je voudrais tant que tu te souviennes

des jours heureux où nous étions amis

En ce temps-là la vie était plus belle

et le soleil plus brûlant qu'aujourd'hui

Les feuilles mortes se ramassent à la pelle

Tu vois je n'ai pas oublié

Les feuilles mortes se ramassent à la pelle

les souvenirs et les regrets aussi

et le vent du nord les emporte

dans la nuit froide de l'oubli

Tu vois je n'ai pas oublié

la chanson que tu me chantais

C'est une chanson qui nous ressemble

Toi tu m'aimais

et je t'aimais

Et nous vivions tous deux ensemble

toi qui m'aimais

et que j'aimais

Mais la vie sépare ceux qui s'aiment

tout doucement

sans faire de bruit

et la mer efface sur le sable

les pas des amants désunis



Les feuilles mortes se ramassent à la pelle

les souvenirs et les regrets aussi

Mais mon amour silencieux et fidèle

sourit toujours et remercie la vie

Je t'aimais tant tu étais si jolie

Comment veux-tu que je t'oublie

En ce temps-là la vie était plus belle

et le soleil plus brûlant qu'aujourd'hui

Tu étais ma plus douce amie...

Mais je n'ai que faire des regrets

Et la chanson que tu chantais

toujours toujours je l'entendrai

C'est une chanson qui nous ressemble
Toi tu m'aimais et je t'aimais

Et nous vivions tous deux ensemble toi qui m'aimais que j'aimais

lais la vie sépare ceux qui s'aiment

out doucement

ans faire de bruit

t la mer efface sur le sable

es pas des amants désunis.









Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jacques Prévert
(1900 - 1977)
 
  Jacques Prévert - Portrait  
 
Portrait de Jacques Prévert


Biographie / chronologie

Jacques ne veut rien savoir de tout ce qui s’appelle PRISON, il n’aime guère les prêtres et serviteurs d’ Église, car cela représente, à ses yeux, le pouvoir autoritaire, la passéisme le plus absolu et le conformisme le plus borné. La violence de l’anticléricalisme prévertien sera souvent rejetée avec dégoût et escamotée au profit de son intérêt pour les enfants, les fleurs ou les petits oiseaux.