Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jacques Prévert

Les enfants de bohême - Poéme


Poéme / Poémes d'Jacques Prévert





Un homme avait un chien

un chien qu'il appelait
Amour

l'homme lui donnait à manger

le chien le léchait

l'homme caressait le chien

et il le léchait aussi quand ils étaient seuls

et parfois même l'homme aboyait un peu

pour lui faire plaisir

au chien

c'est mon chien

c'est mon amour

disait l'homme

c'est mon homme aboyait l'Amour

mais un jour

triste triste triste jour

l'homme s'aperçut de certaines choses

oh... quand ce que je mange est meilleur

j'en donne moins à mon chien

oh... s'il s'en aperçoit

il se sauvera

et moi tout seul je resterai là

je n'aurai plus mon chien

mon amour

mon amour à moi



je vais le tuer

et puis je le mangerai

rien ne sera perdu

et il le tue

et il le mange

mais à la fin du repas

faisant le beau et sortant de dessous la table

apparaît le fantôme du chien

machinalement l'homme jette à l'ombre un os

un os

mais le fantôme du chien

dans son suaire se trouve très bien

et il n'a pas faim

pas faim d'os

il regarde l'homme avec un bon œil

saute dessus et le mange

puis il sort de la salle à manger

en se dandinant

Amour tout à fait vivant

il reprend ses couleurs et son comportement

puis il court

Amour

il court
Amour dans la ville

à la recherche d'un autre maître

amour pour faire le beau

amour pour se faire caresser

amour pour se faire battre

amour pour se faire tuer

amour pour dévorer

dévorer

dévorer.









Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jacques Prévert
(1900 - 1977)
 
  Jacques Prévert - Portrait  
 
Portrait de Jacques Prévert


Biographie / chronologie

Jacques ne veut rien savoir de tout ce qui s’appelle PRISON, il n’aime guère les prêtres et serviteurs d’ Église, car cela représente, à ses yeux, le pouvoir autoritaire, la passéisme le plus absolu et le conformisme le plus borné. La violence de l’anticléricalisme prévertien sera souvent rejetée avec dégoût et escamotée au profit de son intérêt pour les enfants, les fleurs ou les petits oiseaux.