Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jacques Prévert

Le passeur - Poéme


Poéme / Poémes d'Jacques Prévert





Ils erraient

ils ne savaient où passer leur soirée et j'ai ouvert la porte de leur dernière demeure
C'étaient de malheureux vivants à qui j'ai fait la charité

Je suis passeur de mon métier trépasseur si vous préférez

Pour eux le temps c'était de l'argent

mon salaire ils l'avaient en poche

à ne plus savoir qu'en faire

Ds erraient dans une triste foire

aucun vrai manège ne tournait

Horloger de la dernière heure

— leur première n'était pas meilleure —

je leur réglai leur compte

de minutes et d'années

Pour eux c'étaient de petites sommes



à la caisse d'épargne du malheur parcimonieusement entassées
Pour moi c'était argent meilleur
Pour eux c'était fausse monnaie

Je suis passeur de mon métier trépasseur si vous préférez

Leur goût du pain était passé
Leur avenir était terminé les petits chats noyés dans la rivière
Qui jamais leur a demandé leurs dernières volontés ?

Je suis passeur de mon métier trépasseur si vous préférez.







Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jacques Prévert
(1900 - 1977)
 
  Jacques Prévert - Portrait  
 
Portrait de Jacques Prévert


Biographie / chronologie

Jacques ne veut rien savoir de tout ce qui s’appelle PRISON, il n’aime guère les prêtres et serviteurs d’ Église, car cela représente, à ses yeux, le pouvoir autoritaire, la passéisme le plus absolu et le conformisme le plus borné. La violence de l’anticléricalisme prévertien sera souvent rejetée avec dégoût et escamotée au profit de son intérêt pour les enfants, les fleurs ou les petits oiseaux.