Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jacques Prévert

La batteuse - Poéme


Poéme / Poémes d'Jacques Prévert





La batteuse est arrivée la batteuse est repartie

Ils ont battu le tambour

ils ont battu les tapis

ils ont tordu le linge

ils l'ont pendu

ils l'ont repassé

ils ont fouetté la crème et ils l'ont renversée

ils ont fouetté un peu leurs enfants aussi

ils ont sonné les cloches

ils ont égorgé le cochon

ils ont grillé le café

ils ont fendu le bois

ils ont cassé les œufs

ils ont fait sauter le veau avec les petits pois

ils ont flambé l'omelette au rhum

ils ont découpé la dinde

ils ont tordu le cou aux poulets

ils ont écorché les lapins

ils ont éventré les barriques

ils ont noyé leur chagrin dans le vin

ils ont claqué les portes et les fesses des femmes

ils se sont donné un coup de main



ils se sont rendu des coups de pied

ils ont basculé la table

ils ont arraché la nappe

ils ont poussé la romance

ils se sont étranglés étouffés tordus de rire

ils ont brisé la carafe d'eau frappée

ils ont renversé la crème renversée

ils ont pincé les filles

ils les ont culbutées dans le fossé

ils ont mordu la poussière

ils ont battu la campagne

ils ont tapé des pieds

tapé des pieds tapé des mains

ils ont crié et ils ont hurlé ils ont chanté

ils ont dansé

ils ont dansé autour des granges où le blé était enfermé

Où le blé était enfermé moulu fourbu vaincu battu.







Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jacques Prévert
(1900 - 1977)
 
  Jacques Prévert - Portrait  
 
Portrait de Jacques Prévert


Biographie / chronologie

Jacques ne veut rien savoir de tout ce qui s’appelle PRISON, il n’aime guère les prêtres et serviteurs d’ Église, car cela représente, à ses yeux, le pouvoir autoritaire, la passéisme le plus absolu et le conformisme le plus borné. La violence de l’anticléricalisme prévertien sera souvent rejetée avec dégoût et escamotée au profit de son intérêt pour les enfants, les fleurs ou les petits oiseaux.