Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jacques Prévert

A la belle étoile - Poéme


Poéme / Poémes d'Jacques Prévert





Boulevard de la
Chapelle où passe le métro aérien
Il y a des filles très belles et beaucoup de vauriens
Les clochards affamés s'endorment sur les bancs
De vieilles poupées font encore le tapin à soixante-cinq ans



Boulevard
Richard-Lenoir j'ai rencontré
Richard

Leblanc
Il était pâle comme l'ivoire et perdait tout son sang
Tire-toi d'ici tire-toi d'ici voilà ce qu'il m'a dit
Les flics viennent de passer
Histoire de s' réchauffer ils m'ont assaisonné

Boulevard des
Italiens j'ai rencontré un
Espagnol
Devant chez
Dupont tout est bon après la fermeture
Il fouillait les ordures pour trouver un croûton
Encore un sale youpin qui vient manger notre pain
Dit un monsieur très bien



Boulevard de
Vaugirard j'ai aperçu un nouveau-né
Au pied d'un réverbère dans une boîte à chaussures
Le nouveau-né donnait dormait ah ! quelle merveille
De son dernier sommeil
Un vrai petit veinard
Boulevard de
Vaugirard

Au jour le jour à la nuit la nuit

A la belle étoile

C'est comme ça que je vis

Où est-elle l'étoile

Moi je n' l'ai jamais vue

Elle doit être trop belle pour le premier venu

Au jour le jour à la nuit la nuit

A la belle étoile

Cest comme ça que je vis

C'est une drôle d'étoile c'est une triste vie

Une triste vie.







Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jacques Prévert
(1900 - 1977)
 
  Jacques Prévert - Portrait  
 
Portrait de Jacques Prévert


Biographie / chronologie

Jacques ne veut rien savoir de tout ce qui s’appelle PRISON, il n’aime guère les prêtres et serviteurs d’ Église, car cela représente, à ses yeux, le pouvoir autoritaire, la passéisme le plus absolu et le conformisme le plus borné. La violence de l’anticléricalisme prévertien sera souvent rejetée avec dégoût et escamotée au profit de son intérêt pour les enfants, les fleurs ou les petits oiseaux.