Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Jacques Prévert

A jorn - Poéme


Poéme / Poémes d'Jacques Prévert





Comme Jorn arrive du Jutland en passant par l'Andalousie, ses toiles arrivent, à leur heure, à Paris. Mi-portrait de famille, mi-peinture de genre, mi-paysage, mi-tableau d'histoire, cette peinture est à la fois épique, comme il se doit aujourd'hui, édifiante et martiale, post-prémonitoire, érotico-nostalgique.

Et c'est toute une époque avec une autre dedans et d'autres par-dessus. Jorn n'oublie pas que, dans le temps, au royaume de Danemark, il y avait quelque chose de pourri et c'est pourquoi il se retrouve ici en pays de connaissance, pour ne parler que du printemps de cette année, sans évoquer les ratonnades et autres folâtreries plastiques.

Ses pinceaux sont intempérants et ses couleurs intempériques et il ne se demande pas si abstraire est le contre-air de concraire, il remonte à la source sans trop prêter attention aux rats crevés en aval et aux déchets atomiques en amont.



Il se fait tout bonnement, en grand seigneur, le collaborateur, le traducteur et le révélateur de petits peintres disparus inconnus, qui n'ont laisse aucun nom ni joué aucun rôle dans l'histoire de l'art.

Il attire ainsi, généreusement, l'attention des connaisseurs sur la curieuse et délirante médiocrité picturale des parents pauvres de la grande déconogra-phie mondiale.







Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Jacques Prévert
(1900 - 1977)
 
  Jacques Prévert - Portrait  
 
Portrait de Jacques Prévert


Biographie / chronologie

Jacques ne veut rien savoir de tout ce qui s’appelle PRISON, il n’aime guère les prêtres et serviteurs d’ Église, car cela représente, à ses yeux, le pouvoir autoritaire, la passéisme le plus absolu et le conformisme le plus borné. La violence de l’anticléricalisme prévertien sera souvent rejetée avec dégoût et escamotée au profit de son intérêt pour les enfants, les fleurs ou les petits oiseaux.