Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Gabrielle de Coignard

M'esveillant à minuit, dessillant la paupière - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Gabrielle de Coignard





M'esveillant à minuit, dessillant la paupière,
Je voy tout assoupi au centre du repos,
L'on entend plus de bruit, le travail est enclos
Dans l'ombre de la terre, attendant la lumière.



Le silence est partout, la lune est belle et claire,
Le ciel calme et serain, la mer retient ses flots,
Et tout ce qui se voit dedans ce large clos
Est plein de majesté, et grâce singulière.



La nuit qui va roulant des tours continuels,
Représente à nos yeux les siècles éternels,
Le silence profond du
Royaume céleste :



En fin le jour, la nuit, la lumière et l'obscur,
A louer le haut
Dieu incitent nostre cœur,
Voyant reluire en tout sa grandeur manifeste.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Gabrielle de Coignard
(1550 - 1586)
 
  Gabrielle de Coignard - Portrait  
 
Portrait de Gabrielle de Coignard