Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

François Villon

Le lais - Poéme


Poéme / Poémes d'François Villon





En ce temps que j'ai dit devant,
Sur le
Noël, morte saison,
Lorsque les loups vivent de vent,
Et qu'on se tient en sa maison,
Pour le frimas, près du tison,
Me vint le vouloir de briser
La très amoureuse prison
Qui souloit mon cueur debriser.



Le regard de celle m'a prins
Qui m'a esté félonne et dure :
Sans ce qu'en riens aye mesprins,
Veut et ordonne que j'endure
La mort, et que plus je ne dure;
Si n'y voy secours que fuir.
Rompre veut la vive soudure,
Sans mes piteux regrets ouïr !



Pour obvier à ces dangiers,

Mon mieux est, je croy, de partir.



Adieu !
Je m'en vois à
Angiers :
Puisqu'el ne me veut impartir
Sa grâce, il me convient partir.
Par elle meurs, les membres sains !
Au fort, je suis amant martyr
Du nombre des amoureux saints!











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



François Villon
(1431 - 1463)
 
  François Villon - Portrait  
 
Portrait de François Villon