Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

François Villon

Le debat du cuer et du corps de villon - Poéme


Poéme / Poémes d'François Villon





Qu'est ce que j'oy? —
Ce suis je. —
Qui? —
Ton cuer,

Qui ne tient mais qu'a ung petit filet :

Force n'ay plus, substance ne liqueur,

Quant je te voy retraict ainsi seulet,

Com povre chien tapy en reculet. —

Pour quoy est ce ? —
Pour ta folle plaisance. —

Que t'en chaut il? —
J'en ay la desplaisance. —

Laisse m'en paix ! —
Pour quoy? —
J'y penseray. —

Quant sera ce? —
Quant seray hors d'enfance. —

Plus ne t'en dis. —
Et je m'en passeray. —

Que penses tu? —
Estre homme de valeur. —
Tu as trente ans. —
C'est l'aage d'ung mullet. —



Est ce enfance? —
Nennil. —
C'est donc folleur
Qui te saisit? —
Par ou? —
Par le collet,
Rien ne congnois. —
Si fais : mouches en let;
L'ung est blanc, l'autre est noir, c'est la distance. —
Est ce donc tout? —
Que veulx tu que je tance?
Se n'est assez, je recommenceray. —
Tu es perdu ! —
J'y mettray résistance. —
Plus ne t'en dis. —
Et je m'en passeray, —



J'en ay le dueil; toy, le mal et douleur.

Se feusses ung povre ydiot et folet,

Encore eusses de t'excuser couleur :

Si n'as tu soing, tout t'est ung, bel ou let.

Ou la teste as plus dure qu'ung jalet,

Ou mieulx te plaist qu'onneur ceste meschance!

Que respondras a ceste conséquence? —
J'en seray hors quant je trespasseray. —
Dieu, quel confort !
Quelle sage éloquence !
Plus ne t'en dis. —
Et je m'en passeray. —



Dont vient ce mal? —
Il vient de mon maleur.

Quant
Saturne me feist mon fardelet,

Ces maulx y meist, je le croy. —
C'est foleur :

Son seigneur es, et te tiens son varlet.

Voy que
Salmon escript en son rolet :

«
Homme sage, ce dit il, a puissance

Sur planètes et sur leur influence. » —

Je n'en croy riens; tel qu'ilz m'ont fait seray. —

Que dis tu? —
Dea! certes, c'est ma créance. —

Plus ne t'en dis. —
Et je m'en passeray. —

Feulx tu vivre? —
Dieu m'en doint la puissance!
Il te fault... —
Quoy? —
Remors de conscience;
Z.ire sans fin. —
En quoy? —
Lire en science;



Laisser les folz! —
Bien j'y adviseray. —
Or le retien ! —
J'en ay bien souvenance. —
N'atens pas tant que tourne a desplaisance.
Plus ne t'en dis. —
Et je m'en passeray.











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



François Villon
(1431 - 1463)
 
  François Villon - Portrait  
 
Portrait de François Villon