Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

François Villon

Lay - Poéme


Poéme / Poémes d'François Villon





Au retour de dure prison,
Ou j'ai laissié presque la vie,
Se
Fortune a sur moy envie,
Jugiez s'elle fait mesprison!
Il me semble que, par raison,
Elle deust bien estre assouvie
Au retour.



Se si plaine est de desraison
Que vueille que du tout desvie,
Plaise a
Dieu que l'ame ravie
En soit lassus en sa maison,
Au retour!



Item, donne a maistre
Lomer,
Comme extraict que je suis de fee,
Qu'il soit bien amé (mais d'amer
Fille en chief ou femme coeffee,
Ja n'en ayt la teste eschauffee)
Et qu'il ne luy couste une noix
Faire ung soir cent fois la faffee,
En despit d'Ogier le
Danois.



Item, donne aux amans enfermes,
Sans le lay maistre
Alain
Chartier,
A leurs chevez, de pleurs et lermes
Trestout fin plain ung benoistier,



Et ung petit brin d'esglantier,
Qui soit tout vert, pour guipillon,
Pourveu qu'ilz diront ung psaultier
Pour l'ame du povre
Villon.



Item, a maistre
Jaques
James,

Qui se tue d'amasser biens,

Donne fiancer tant de femmes

Qu'il vouldra; mais d'espouser, riens.

Pour qui amasse il?
Pour les siens.

Il ne plaint fors que ses morceaulx;

Ce qui fut aux truyes, je tiens

Qu'il doit de droit estre aux pourceaulx.



Item, sera le
Seneschal,
Qui une fois paya mes debtes,
En recompense, mareschal
Pour ferrer oes et canettes.
Je lui envoie ces sornettes
Pour soy desennuyer; combien,
S'il veult, face en des alumettes :
De bien chanter s'ennuye on bien.



Item, au
Chevalier du
Guet
Je donne deux beaulx petiz pages,
Philebert et le gros
Marquet,
Qui très bien servy, comme sages,
La plus partie de leurs aages,
Ont le prevost des mareschaulx.
Helas ! s'ilz sont cassez de gages,
Aller leur fauldra tous deschaulx.



Item, a
Chappelain je laisse
Ma chappelle a simple tonsure,
Chargée d'une seiche messe
Ou il ne faut pas grant lecture.
Resigné luy eusse ma cure,
Mais point ne veult de charge d'ames ;
De confesser, ce dit, n'a cure,
Sinon chamberieres et dames.



Pour ce que scet bien mon entente
Jehan de
Calais, honnorable homme,
Qui ne me vit des ans a trente
Et ne scet comment je me nomme,
De tout ce testament, en somme,
S'aucun y a difficulté,
Oster jusqu'au rez d'une pomme
Je luy en donne faculté.



De le gloser et commenter,
De le diffinir et descripre,
Diminuer ou augmenter,
De le canceller et prescripre
De sa main et, ne sceut escripre,
Interpréter et donner sens,
A son plaisir, meilleur ou pire :
A tout cecy je m'y consens.



Et s'aucun, dont n'ay congnoissance,
Estoit allé de mort a vie,
Je vueil et lui donne puissance,
Affin que l'ordre soit suyvie,



Pour estre mieulx parassouvie,
Que ceste aumosne ailleurs transporte,
Sans se l'appliquer par envie ;
A son ame je m'en rapporte.

Item, j'ordonne a
Sainte
Avoye,
Et non ailleurs, ma sépulture ;
Et, affin que chascun me voie,
Non pas en char, mais en painture,
Que l'on tire mon estature
D'ancre, s'il ne coustoit trop chier.
De tombel? riens : je n'en ay cure,
Car il greveroit le planchier.

Item, vueil qu'autour de ma fosse
Ce que s'ensuit, sans autre histoire,
Soit escript en lettre assez grosse,
Et, qui n'auroit point d'escriptoire,
De charbon ou de pierre noire,
Sans en riens entamer le piastre;
Au moins sera de moi mémoire
Telle qu'elle est d'un g bon follastre :











Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



François Villon
(1431 - 1463)
 
  François Villon - Portrait  
 
Portrait de François Villon