Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

François Villon

épitaphe et rondeau - Poéme


Poéme / Poémes d'François Villon





«Ci gît et dort en ce solier,
Qu'amour occit de son raillon,
Un pauvre petit écolier
Qui fut nommé
François
Villon.
Oncques de terre n'eut sillon.
Il donna tout, chacun le sait:
Tables, tréteaux, pain, corbillon.
Galants, dites en ce verset:



Repos éternel donne a cil,
Sire, et clarté perpétuelle,
Qui vaillant plat ni écuelle
N'ot oncques, n'un brin de persil.

Il fut res, chef, barbe et sourcil,
Comme un navet qu'on ret ou pelé.
Repos éternel donne a cil.



Rigueur le transmit en exil

Et lui frappa au cul la pelle,

Non obstant qu'il dît : «
J'en appelle ! »

Qui n'est pas terme trop subtil.

Repos éternel donne a cil.













Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



François Villon
(1431 - 1463)
 
  François Villon - Portrait  
 
Portrait de François Villon