Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

François Le Métel de Boisrobert

Sonnet - Sonnet


Sonnet / Poémes d'François Le Métel de Boisrobert





Grands monts qui menacez les cieux qui vous sont proches,
Vallons que le soleil prive de ses clartés,
Airs obscurs à nos yeux d'un nuage arrêtés,
Antres loin retirés du murmure des cloches ;



Os non ensevelis, précipiteuses roches,
Murs herbus, autrefois des hommes habités,
Et ores tellement de ruines emportés,
Que les loups et les ours redoutent vos approches ;



Grands rivages voisins des inutiles mers,
Je suis un pauvre esprit qui vient, dans vos déserts,
Plaindre les maux desquels je souffre les atteintes.



Privé du doux objet de ma sainte amitié,
Espérant émouvoir l'enfer à la pitié,
Si je ne puis fléchir le ciel avec mes plaintes.








Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



François Le Métel de Boisrobert
(1592 - 1662)
 
  François Le Métel de Boisrobert - Portrait  
 
Portrait de François Le Métel de Boisrobert