Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

François de Vigny

Projet d'un jugement dernier - Poéme


Poéme / Poémes d'François de Vigny





Deux colombes de l'air, timides voyageuses,
Fuyant d'un vol égal les plaines orageuses,
Reviennent en jetant de longs et tendres cris
Aux lieux de leur enfance, asiles favoris :
Telles sans se quitter, les deux plaintives ombres
S'envolèrent vers moi de leurs rivages sombres.



Enfin l'Esprit se lève et l'immortel agneau
Pour la septième fois ouvrit le dernier sceau,
L'univers attendit sa dernière sentence
Et les mondes tremblants gardèrent le silence.



Le temps de leur silence eut un aussi long cours
Que celui du
Soleil dans ses glorieux jours
A revenir trois fois dans les mêmes demeures,
Quand la terre vivante avait encor des heures.



...
Du vieil abîme alors ils surent les secrets... ...
La
Nuit et le
Chaos, noirs ancêtres du monde... ...
Et des peuples détruits qui s'étaient crus puissants
L'on vit le vieux soleil pâlir...



«
Habitants immortels des éternelles flammes,
Dieux tombés qui régnez sur les humaines âmes,
Inventeurs des tourments qui rongez les damnés,
Ranimez à leurs maux tous les feux destinés.
Levez vos bras puissants, ouvrez-leur tout l'abîme
Que sa bouche s'apprête à recevoir le crime.
N'ai-je pas entendu déjà le bruit des pleurs ?
Sourions à ce jour, c'est le jour des douleurs.
Nous allions jusqu'ici mendier notre proie...

On entendit un bruit épouvantable, immense
Depuis le point du ciel où l'Orient commence
Jusqu'au terme invisible où finit l'Occident
Du haut du
Nord glacé jusques au
Sud ardent,
Tout trembla pénétré d'une angoisse profonde
Dans l'épaisseur de l'ombre on vit passer un monde,
Il tombait détaché de la voûte des
Cieux
Et malgré ses rayons...

Les suicides
Et surtout elle aimait dans leur foule inquiète
Romeo qui passait près de sa
Juliette.
Pâles tous deux, tous deux encor jeunes et beaux
Ils semblaient s'égarer parmi de vieux tombeaux.
Leur pas était égal et leurs deux mains glacées
Comme en un jour d'hymen restaient entrelacées,
Tout en cherchant la nuit de ces funèbres lieux,
Leurs yeux tristes et doux ne quittaient pas leurs yeux.
Leurs âmes s'unissaient dans la mort, et ravie
L'une puisait dans l'autre une seconde vie.
Que d'amour nourrissait leurs propos éternels ! "
Ah ! disait
Romeo, durant nos jours cruels
Nous nous sommes brisés sans ployer sous l'orage,
Rien n'a de ton amour affaibli le courage,
Tu n'as pas redouté la liqueur du sommeil,
Dans l'éternel exil que ton cœur soit pareil. »








Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



François de Vigny
(1570 - ?)
 
  François de Vigny - Portrait  
 
Portrait de François de Vigny


Biografie / cronologie

Conformément aux préoccupations constamment manifestées par l'écrivain, nous avons étendu cette chronologie dans la direction du passé, à la recherche de la noblesse des ancêtres, et dans celle de l'avenir, à l'écoute des échos de l'œuvre renvoyés par la postérité.

Bibliographie