Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Etienne Pasquier

Sonnet xix - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Etienne Pasquier





Je te salue, ô an climaterique
Que la nature ingénieuse a fait
De sept fois neuf, nombre le plus parfait,
An de mes maux but et ressource unique.



Si de nos jours la fin se prognostique
Par ta venue, et que le neuf fois sept,
Produis en nous un merveilleux effect,
Brave je fay à mes malheurs la nique.



Vien hardiment, vien désirée mort,
De ma tourmente et orage le port,
Par toy mon ame est jusqu'au ciel ravie.



Fay moy quitter ce monde passager,

Fay moy mignonne, avecque
Dieu loger :
Fay qu'en mourant je retrouve la vie.






Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Etienne Pasquier
(1529 - 1615)
 
  Etienne Pasquier - Portrait  
 
Portrait de Etienne Pasquier