Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Etienne Durand

Sonnet xlii - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Etienne Durand





Je voudrais bien estre vent quelquefois

Pour me jouer aux cheveux d'Uranie,

Puis estre poudre aussi tost je voudrais

Quand elle tombe en sa gorge polie.



Soudain encor je me souhaitterois

Pouvoir changer en cette toile unie

Qui va couvrant ce beau corps que je dois

Nommer ma mort aussi tost que ma vie.



Ces changements plairaient à mon désir,

Mais pour avoir encor plus de plaisir

Je voudrais bien puce estre devenue,



Je baiserais ce corps que j'ayme tant,

Et la forest à mes yeux incognue

Me servirait de retraitte à l'instant.






Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Etienne Durand
(1585 - 1618)
 
  Etienne Durand - Portrait  
 
Portrait de Etienne Durand