Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Estienne de La Boetie

Sonnet xxiv - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Estienne de La Boetie





Or dis je bien, mon espérance est morte,
Or est ce faict de mon aise et mon bien.
Mon mal est clair : maintenant je veoy bien,
J'ay espousé la douleur que je porte.



Tout me court sus, rien ne me reconforte,
Tout m'abandonne et d'elle je n'ay rien,
Sinon tousjours quelque nouveau soustien,
Qui rend ma peine et ma douleur plus forte.



Ce que j'attends, c'est un jour d'obtenir
Quelque souspir des gens de l'avenir,
Quelqu'un

dira dessus moy par pitié :



«
Sa dame et luy nasquirent destines,
Egalement de mourir obstines,
L'une en rigueur, et l'autre en amitié. »






Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Estienne de La Boetie
(1530 - 1563)
 
  Estienne de La Boetie - Portrait  
 
Portrait de Estienne de La Boetie