Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Estienne de La Boetie

Sonnet xii - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Estienne de La Boetie





Quoy ? qu'est-ce ? ô vans, ô nues, ô l'orage !
A point nommé, quand moy d'elle aprochant,
Les bois, les monts, les baiffes vois tranchant,
Sur moy, d'aguest, vous passez vostre rage.



Ores mon cœur s'embrase d'avantage.
Allez, allez faire peur au marchant
Qui dans la mer les thresors va cherchant :
Ce n'est ainsi qu'on m'abbat le courage.



Quand j'oy les ventz, leur tempeste et leurs cris,
De leur malice, en mon cœur, je me ris :
Me pensent ils pour cela feire rendre ?



Face le ciel du pire, et l'air aussi :
Je veus, je veus, et le declaire ainsi,
S'il faut mourir, mourir comme
Leandre.






Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Estienne de La Boetie
(1530 - 1563)
 
  Estienne de La Boetie - Portrait  
 
Portrait de Estienne de La Boetie