Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Estienne de La Boetie

Sonnet iv - Sonnet


Sonnet / Poémes d'Estienne de La Boetie





C'estoit alors, quand, les chaleurs passées,

Le sale automne aux cuves va foulant

Le raisin gras dessoubz le pied coulant,



Que mes douleurs furent encommencees.
Le paisan bat les gerbes amassées,

Et aux caveaus ses bouillans muis roulant,

Et des fruitiers son automne croulant,



Se vange lors des peines advancees.
Seroit-ce pas un présage donné

Que mon espoir est desjà moissonné ?



Non certes, non ! mais pour certain je pense,
J'auroi, si bien à deviner j'entends,

Si l'on peut rien prognostiquer du temps,

Quelque grand fruict de ma longue espérance.






Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Estienne de La Boetie
(1530 - 1563)
 
  Estienne de La Boetie - Portrait  
 
Portrait de Estienne de La Boetie