wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prévert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clément Marot

aime-cesaire

Aimé Césaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

René Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andrée Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 
left_old_somall

Essais littéraire

right_old_somall

YVES DE PARIS






Ce qu'Yves de Paris considère avec une ferveur particulière, c'est l'homme, non dans les rapports qu'il établit avec des objets déterminés, mais au contraire dans la relation qu'il se découvre avec sa propre pensée, lorsque celle-ci ne s'attache à aucun objet distinct que ce soit. « Alors, dit-il, elle est comme un centre auquel toutes les choses imaginables se rapportent, et qui, en sa qualité de centre, est immobile et affranchie des lois de la mort, immobile en son être, indéterminée en son pouvoir. » (Théologie naturelle, p. 539.)



C'est avec un certain étonnement qu'on peut relever en plein xviie siècle un tel passage qui fait penser simultanément à Platon pour l'Antiquité et à Lamartine pour l'époque moderne. On y trouve simultanément une appréhension à la fois la plus intérieure et la plus universelle, de la réalité, appréhension qui a nécessairement pour caractère d'être à la fois très vaste, très intime et très vague. Ceci se trouve confirmé par cet autre admirable passage :

« Nos pensées doucement confuses s'emportent au-delà du monde dans je ne sais quelle étendue infinie de lumière. » Et Yves de Paris ajoute : « L'esprit se sent en rapport avec je ne sais quoi de vaste et d'indéterminé qui ne peut être l'objet de la vue et qui l'étonné comme les abîmes qui ne montrent point de fonds ». (Cité par Bremond, I, p. 488.)



Le Je ne sais quoi dont il s'agit ici deux fois n'a rien à voir avec le Je ne sais quoi pascalien ou marivaudien. Rien d'angoissé comme chez Pascal, rien de purement sensuel comme chez Marivaux. Quelque chose plutôt qui ferait penser au Rousseau des Rêveries ou des Lettres à Males-herbes. L'indétermination y a la même valeur à la fois tout intérieure et cosmique.






Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Essais littéraire
A B C D E
F G H I J
K L M N O
P Q R S T
U V W X Y
Z        



mobile-img