wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prévert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clément Marot

aime-cesaire

Aimé Césaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

René Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andrée Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 
left_old_somall

Essais littéraire

right_old_somall

SCHOPENHAUER - Les romantiques






Pour Schopenhauer notre être intérieur, profondément ignoré de nous, a sa racine dans ce qui n'est plus apparence, mais chose en soi, en deçà des formes qui ne représentent jamais que des apparences. Là, la diversité des êtres cesse de se manifester. Si elle veut se rapprocher du centre, la conscience graduellement s'évanouit. Apparaît alors un moi obscur qui n'a rien à voir avec le moi conscient régnant à la surface. Ce n'est plus un être individuel, variant selon les conditions de la réalité externe ou superficielle. C'est la nature vraie, profonde, partout identique à elle-même, exempte de toutes les formes distinctes et déterminées de l'individualité. C'est l'être dans son indétermination radicale.



On voit qu'en somme ce que fait Schopenhauer, c'est reprendre le premier moment de la pensée de Schelling, mais pour rejeter ensuite totalement le second. Il y a « descente aux Enfers », comme chez Schelling, mais aucun signe qu'elle soit suivie par une accession subséquente à la lumière. Le moi ténébreux est condamné à rester ténébreux.



SCHOPENHAUER : TEXTES



La conscience distincte s'évanouit... Elle nous échappe dans le sommeil, dans la mort, en une certaine mesure aussi dans l'état somnambulique ou magique.



Pourquoi notre conscience devient-elle plus lumineuse et plus distincte à mesure qu'elle s'épanouit au-dehors, alors qu'elle s'obscurcit toujours plus à mesure qu'elle rentre dans le dedans, et, ramenée dans son foyer central, finit par se perdre dans les ténèbres ?





Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Essais littéraire
A B C D E
F G H I J
K L M N O
P Q R S T
U V W X Y
Z        



mobile-img