wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prévert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clément Marot

aime-cesaire

Aimé Césaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

René Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andrée Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 
left_old_somall

Essais littéraire

right_old_somall

L'attitude de Laclos






L'attitude de Laclos, ou plutôt de Valmont, le héros de son roman, vis-à-vis des événements en cours, a certains points de ressemblance avec l'attitude de Cham-fort. Dans les deux cas, ce qui se trouve placé au premier plan, ou, si l'on veut, au poste de commande, c'est une pensée qui ne veut rien devoir aux circonstances. Dépendre de l'occasion apparaîtrait comme une faiblesse. La volonté s'affirme donc, ou cherche à s'affirmer, comme soustraite au hasard, et même, ce qui est bien plus important encore, se pose explicitement comme déterminant les événements par une décision libre qui les précède et en fixe le cours. D'où l'importance extrême, pour le héros de Laclos, du projet, preuve vivante que l'événement est bien déterminé, c'est-à-dire formé à l'avance, en quelque sorte idéalement, avant d'être réalisé matériellement. Le caractère déterminé de l'action est défini le plus nettement possible par la prédétermination idéale. Celle-ci est même tellement parfaite en sa minutieuse précision excluant toute incertitude, qu'on serait tenté de considérer sa réalisation comme une démonstration inutile, sinon pour démontrer la justesse de la prévision.





Il va de soi que ces remarques ne concernent que la première partie du roman, présenté ironiquement à l'avance comme un triomphe de la détermination. Bien entendu, la seconde partie des Liaisons dangereuses nous présente l'autre face du roman, la face négative, révélant le renversement complet de situation qui s'accomplit. La prédétermination n'est pas vérifiée dans les faits. Elle est clairement démentie par les événements. Une perturbation imprévisible éclate, qui a pour effet de ruiner totalement l'ordre qu'on avait eu la présomption de vouloir établir. Le plan déterminé et l'action réalisée ne coïncident pas. Ainsi le roman apparaît en fin de compte comme renversant les valeurs mêmes dont il semblait devoir rigoureusement prouver la justesse. L'indéterminé triomphe finalement du déterminé.



LACLOS : TEXTES



Je ne veux rien devoir à l'occasion. (Pléiade, p. 253.) ... un plan formé... (P. 253.)



Je vais vous confier le plus grand projet que j'aie jamais formé... Voilà le but où je prétends atteindre. (P. 40.)



Quand m'avez-vous vu m'écarter des règles que je me suis prescrites et manquer à mes principes ? (P. 200.)



Je suis mon ouvrage. (P. 201.)



Je l'avoue, je cédai à un mouvement de jeune homme... (P. 119.)



Quelle est notre faiblesse ? Quel est l'empire des circonstances... ? (P. 78.)



Je ne sais quelle puissance... ? (P. 240.)



Je m'étonne du charme inconnu... Serais-je donc à mon âge, maîtrisé comme un écolier, par un sentiment involontaire et inconnu? (P. 320.)



... l'humiliation de penser que je puisse dépendre de l'esclave même que je me serais asservie; que je n'aie pas en moi seul la plénitude de mon bonheur. (P. 321.)





Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Essais littéraire
A B C D E
F G H I J
K L M N O
P Q R S T
U V W X Y
Z        



mobile-img