wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prévert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clément Marot

aime-cesaire

Aimé Césaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

René Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andrée Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 
left_old_somall

Essais littéraire

right_old_somall

GIORDANO BRUNO - Cherchant à représenter l'infini divin






Cherchant à représenter l'infini divin, tel qu'il le conçoit, Giordano Bruno rejette l'image d'une forme infinie définitivement achevée, c'est-à-dire d'une sphère infinie qui aurait longueur, largeur et profondeur. Dans une telle hypothèse, fait-il observer, toutes ces dimensions devraient être, elles aussi, indéterminées. Or, s'il en était ainsi, leurs parties ne devraient pas différer du tout. Dans l'infini il ne peut y avoir de tout et de parties. De même, ajoute Bruno, dans la durée infinie l'heure ne peut pas différer du jour, le jour de l'année, etc. Comme le dit Nicolas de Cues, les contraires coïncident, le centre ne diffère pas de la circonférence, et ainsi de suite. Et Bruno d'ajouter : l'Univers est tout centre, et le centre est partout. Tout est confondu, ou, dans les termes de Bruno, indifférent.





Bruno cherchera donc une autre image pour représenter, non plus seulement l'univers, mais Dieu lui-même, saisi dans son universalité. Il faudrait d'abord, dit-il, rejeter l'idée de l'infini en tant que forme achevée. Il faut le concevoir, au contraire, dans une sorte de développement à la fois éternel et instantané, qui le ferait passer instantanément, éternellement, d'un stade à l'autre d'une progression purement métaphysique. Rejetons donc l'idée de sphère infinie, car toute sphère est déterminée et donc finie, puisqu'elle se referme sur sa propre convexité. Il convient donc, pour concevoir la divinité, de représenter celle-ci comme une réalité infinie, dont la plénitude serait perpétuellement réalisée au terme d'un mouvement sans fin. Dieu serait donc ici comparé au sujet d'un mouvement qui passerait instantanément par tous les degrés de la perfection, sans distinction de temps ou de distance, pour atteindre éternellement*-l'apogée de ce mouvement qui ne serait ni un objet formé ni une forme pure.



Ce qui ressort en fin de compte de ce curieux passage, c'est que, pour Bruno, dans l'infini divin, tout est identique à tout, aucune distinction n'est possible, et cela en raison d'un mouvement métaphysique infini, qui empêche toute détermination. Tout à fait dans la ligne de Plotin, Bruno se représente le divin comme l'indéterminé pur.



BRUNO: TEXTES

Pourquoi voulez-vous que le centre de la divinité, qui, pour ainsi dire, peut s'amplifier infiniment en une sphère infinie, reste stérile au lieu de se faire communicable ?

Comment voulez-vous que Dieu, quant à la puissance, quant à l'opération et quant à l'acte (qui chez lui sont une même chosE), soit déterminé et comme terminé par la convexité d'une sphère; plutôt que d'être, si l'on peut dire, le terme indéterminé d'une chose indéterminée ? Le terme sans terme, si l'on peut dire ? (De l'infinito universo, dial. 1.)



Il convient et il est naturel que l'infini, pour être infini, se poursuive infiniment dans un mode de poursuite qui n'a pas un caractère de mouvement physique, mais d'un certain mouvement métaphysique, lequel ne procède pas de l'imparfait au parfait, mais progresse en circulant à travers tous les degrés de la perfection, pour atteindre ce centre infini qui n'est ni un objet formé ni une forme. (De gl'heroici furori, 1, dial. 4.)



... Le point dans l'infini ne se différencie pas du corps... tout est confondu. (De la causa, dial. 5.)






Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Essais littéraire
A B C D E
F G H I J
K L M N O
P Q R S T
U V W X Y
Z        



mobile-img