wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prévert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clément Marot

aime-cesaire

Aimé Césaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

René Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andrée Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 

Claude Roy



Pilote mort - Poéme


Poéme / Poémes d'Claude Roy





Ni ton sommeil celui du vent. Ni ton repos celui des arbres dans le noir hésitant, quand tâtonne la nuit dans ses ombreuses eaux. Ni ton regard, les cils et leur doux battement, ni ton cour monotone, et ton rire, et ta voix. Tout cela qui fut toi, perdu, porté manquant, dans l'herbe des prairies à la corne du bois, dans les coquelicots et les reines des prés qui caressent la joue de ce mort de vingt ans



Couleuvre doux-glissant dans l'herbe au bois de mai évite le dormeur plus froid que ton écorce, le dormeur sans sommeil, sans paupières fermées plus seul qu'un astre mort, qu'une étoile sans force dans la grise épaisseur des nuages de l'hiver continuant de briller dans son trompeur été



Ainsi veillent sur toi au profond d'autres terres l'inquiétude et le songe, asiles, cécités.

Le mort entre en vivant, pour quelque temps encore,

dans le rêve et le temps de ceux qui l'attendaient,

avec ses mains qui caressaient, avec son corps

qui respirait, avec sa voix qu'on entendait,

avec son goût pour le pain chaud, pour le vin blanc,

son odeur de tabac, sa démarche, son pas,

la mèche ébouriffée qu'il peignait méchamment,

la montre-bracelet qu'il ne remontait pas.

Mort tu te crois vivant au miroir des vivants.



Les lampes allumées, les lits frais, les visages

encore un peu de temps palpiteront pour toi

déjà si froid, déjà si loin dans l'herbe sage.

Mais s'étonne déjà la fourmi sur ta main,

refaisant le chemin des lignes emmêlées,

ce grand brouillard de jours composant un destin,

si simple maintenant, si simple à déchiffrer.

Mais s'étonne déjà l'oiseau vite envolé,

et l'abeille incertaine au long du lent jour blond,

s'éloigne du dormeur aux cheveux dépeignés

dans son sommeil ocreux, si paisible, si long.










Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Claude Roy
(1915 - ?)
 
  Claude Roy - Portrait  
 
Portrait de Claude Roy


mobile-img