Paul Verlaine

Alain Bosquet

Jules Laforgue

Jacques Prévert

Pierre Reverdy

Max Jacob

Clément Marot

Aimé Césaire

Henri Michaux

Victor Hugo

Robert Desnos

Blaise Cendrars

René Char

Charles Baudelaire

Georges Mogin

Andrée Chedid

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

Arthur Rimbaud

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
 

Charles Bordes



Biographie, ouvres de Charles Bordes


Poésie / Poémes d'Charles Bordes





Naissance: Vouvray (Indre-et-Loire) le 12 mai 1863
Décès: Toulon le 8 novembre 1909

Charles Bordes, est un professeur et compositeur français.

Élève de Marmontel pour le piano et de César Franck pour la composition. Il fut organiste et maître de chapelle à Nogent-sur-Marne (1887-1890). En 1890 il est maître de chapelle à l'église Saint-Gervais (Paris) où il crée la chorale des chanteurs de Saint-Gervais et organise Les semaines saintes de Saint-Gervais (1892), pendant lesquelles la messe est accompagnée de musiques italiennes ou françaises de la Renaissance.

Professeur et compositeur. Élève de César Franck pour la composition et de Marmontel pour le piano.

De juillet 1887 à mars 1890, il est maître de chapelle et organiste à Nogent-sur-Marne.

Il répondit aux deux discours de Rom seau et composa des essais dans l'esprit des Lumières, de Voltaire surtout. Il risqua aussi un poème erotique, Parapilla (1776), et un poème anticlérical burlesque, La Papesse Jeanne (1778).

PARAPILLA. -
1. L'auteur, dans une lettre- reproduite en tête de la «nouvelle et dernière édition» (Florence, 1782), explique qu'il a trouvé le sujet de son poème dans un conte italien. «Aux faits qu'il contient. j'en ai lié d'autres, et je les ai tous mis en ordre ; j'en ai enrichi les détails, je les ai multipliés même, et je peux dire de mon Parapilla qu'une grande partie de l'invention m'appartient. / Ce ton du poème qui gage l'obscénité n'est pas de l'auteur italien, il nomme tout par son nom ; avec lui, un chou est un chou, et un — est un —. Je me suis fait un devoir de traiter le sujet avec une extrême modestie; je voulais que cet écrit ne fut point dédaigné par les prudes; je crois qu'elles pourront le lire en toute dévotion, sans que leur délicatesse en souffre. »

oeuvres

•Madrigal à la musique (W. Shakespeare : Henry VIII, traduction de Bouchor)
•s. d., Faux bourdons, 3 voix
•s. d., 10 cantiques populaires basques (Bordes, éditeur)
•s. d., 100 chansons populaires basques (Bordes, éditeur)
•s. d., Beata viscera, antienne brève, 2 voix avec accompagnement
•1880-1884, Pleine mer, sur un poème de V. Hugo, Dans «Oeuvres vocales» révisées par Pierre Bréville, 1921
•1883, Avril, sur un poème de A. Maudit ; Chanson, sur un poème de M. Bouchor, Dans « Oeuvres vocales» révisées par Pierre de Bréville, 1921 ; Soirée d’hiver, sur un poème de F. Coppée ; Amour évanoui, sur un poème de Bouchor
•1884, Le temps des lilas, sur un poème de Bouchor ; Colloque sentimental, sur un poème de P. Verlaine
•1885, 3 Madrigaux amers, textes de L. Valade, op.5, Dans «Oeuvres vocales» révisées par Pierre de Bréville, 1921 ( Profonds cheveux, Le rire, Sur la mer)
•1886, Paysages tristes, sur des poème de P. Verlaine ( Soleils couchants, Chanson d’automne, L’heure du berger, Promenade sentimentale) ; O triste, triste était mon âme, sur un poème de P. Verlaine ; Spleen, sur un poème de P. Verlaine)
•1886, L’hiver, sur un poème de Bouchor, 2 voix, op.18
•1887, Green, sur un poème de P. Verlaine
•1887, Suite basque (flûte, 2 violons, violoncelle) op.6
•1888, Trois danses béarnaises, op.11
•1888, Ouverture pour le drame basque Errege Jan
•1888, Pastorale pour orchestre
•1888, Epithalame, sur un poème de P. Verlaine
•1888-1896, Le son du cor s’afflige vers les bois, sur un poème de P. Verlaine, Dans «19 oeuvres vocales» revues d’après les manuscrits par P. de Bréville (1914)
•1889, Rhapsodie basque, pour piano et orchsstref op.9
•1889, O salutaris, voix seule et choeur, op.12
•1889, 3 mélodies sur des poèmes de J. Lahor, op.8 ( Chanson triste, Sérénade mélancolique, Fantaisie persane) ; Pensées orientales, sur un poème de J. Lahor ; La bonne chanson, sur un poème de P. Verlaine
•1889, Pie Jesu, op.10 (1889)
•1890, Dansons la gigue, sur un poème de P. Verlaine
•1890-1906, Les trois vagues, drame lyrique, livret de Charles Bordes (manuscrit à la bibliothèque de l'Opéra de Paris)
•1891, Litanies de la très Sainte Vierge, 2 voix de femmes, choeur, op.17
•1891, 4 fantaisies rythmiques, pour piano, op. 16
•1891, Caprice à cinq temps pour piano
•1891, Euskal Herria, musique de fête pour accompagner une partie de paume au pays basque ( Barcus, Lequito, Fuentarabia)
•1891, Tantum ergo, motet, op.18
•1894, Paysage vert, sur un poème de P. Verlaine
•1894, 12 Noëls populaires basques (Bordes, éditeur)
•1895, Sur un vieil air, sur un poème de P. Verlaine
•1895, Le drapeau de Mazagran, chant de patronage, texte de H. Hello
•1896, Promenade matinale, sur un poème de P., sur un poème de P. Verlaine
•1896 (vers 1896), Mariale, cantique en l’honneur de la très Sainte Vierge
•1897, Euskal Noelen / Lilia (Bordes, éditeur)
•1897, Kantika espiritualak (Bordes, éditeur)
•1897, Cantique de pénitence, texte de Le Dorz
•1897, Cantique aux saints, texte de H. Hello
•1897, Ave Maria, motet, 4 voix
•1898 (vers 1898), 4 antiennes à la Sainte Vierge, 2 voix ( Alma redemptoris, Ave regina, Regina coeli, Salve regina)
•1898, Versets pour les 2e vêpres de plusieurs martyrs
•1899, La ronde des prisonniers, sur un poème de P. Verlaine
•1899, Fili quid fecisti, dialogue spirituel, 4 voix [pour le fondation de la Schola Cantorum en Avignon]
•1900 (vers 1900), Verbum caro factum est, response au Sacrement, 4 voix d'hommes
•1900, Domine, puer meus jacet, dialogue spirituel [pour l'inauguration de nouveaux locaux de ma Schola Cantorum de Paris]
•1900 (vers 1900), Salut au saint sacrement, 3 voix ( Beata es, Virgo Maria, Laudate dominum, O sacrum convivium, Tantum ergo)
•1901, Mes cheveux dorment sur mon front, sur un poème de C. Mauclair ; chansons sur 4 poèmes de F. Jammes ( La poussière des tamis chante au soleil, La paix est dans le bois silencieux, Oh ! ce parfum d’enfant dans la prairie, Du courage ? mon âme éclate de douleur) ; Petites fées, honnêtes gnomes, sur un poème de J. Moréas
•1903, O mes morts tristement nombreux, sur un poème de P. Verlaine
•1905, Divertissement sur un thème béarnais (2 pianos), dans «Album pour enfants, petits et grands»
•1906, 11 chansons du Languedoc (Bordes, éditeur)
•1908, Paysage majeur, sur un poème de L. Payen
•1908, 10 danses, marches et cortèges populaires du Pays basque espagnol (Bordes, éditeur)
•1909, Nunc dimittis, paraphrase du Cantique de Siméon, texte de H. Hello, 1 voix et orgue
•1910, 12 chansons amoureuses du Pays basque français (Bordes, éditeur)
•1920, Vierge lorraine, cantique à Jeanne d’Arc, texte de Virolet
•1929, Divertissement, pout trompette et orchestre





 



Charles Bordes
(1863 - 1909)
 
  Charles Bordes - Portrait  
 
Portrait de Charles Bordes