wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prévert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clément Marot

aime-cesaire

Aimé Césaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

René Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andrée Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 

Auguste Barbier



Les embaumeurs - Satire


Satire / Poémes d'Auguste Barbier





Les vieux égyptiens vénéraient fort les morts;

Ils avaient même l' art de soustraire les corps

Au travail dévorant de la faux de Saturne.

Ils ne les mettaient point en cendres, dans une urne,

Comme le pratiquaient les austères romains;

Mais, les débarrassant des organes humains

Corruptibles, de baume et de fins aromates

Ils les bourraient et, par ces choses délicates,

Dans le rose granit d' un monument sculpté

Leur conservaient longtemps air de vitalité.

Ce secret ne s' est point tout à fait en nos âges

Perdu. Non; de nos jours d' habiles personnages

Ont acquis du renom dans cet art sépulcral,

Et l' on peut, entre tous, citer Monsieur Gannal.

Mais on fait mieux encor: sur l' âme l' on opère,

Sur l' âme rayonnante en son étroite sphère;

En un mot, on agit sur l' être en plein ressort:

Le vif est embaumé tout autant que le mort.



Vous vous moquez! -moi? Non. -vraiment? -je vous le jure;

J' observe, et dans le coeur de l' humaine nature

Je signale un esprit de ruse et de détour

Fort commun et déjà très-ancien, car du jour

Où la société s' aiguise et se raffine

Dans ses nombreux rapports, l' humanité décline

Les actes violents et voile de son mieux

Ses défaillances ou ses plans malicieux.

Voyez un peu l' ami dont l' affection baisse

Et qui veut déguiser son défaut de tendresse:

Il se montre, à l' endroit du coeur qu' il va quitter,

D' une sollicitude à l' impatienter.



Shakspeare l' avait dit, ce grand devin des âmes:

Lorsque de l' amitié les admirables flammes

Commencent à pâlir, elle redouble d' art

Et vous comble de soins, d' honnêteté, d' égard.



La simple bonne foi n' a jamais tant de zèle;

On n' est point si poli tant que l' âme est fidèle;

Trop de pas, trop de mots sont le signe certain

D' une amitié qui meurt et d' un coeur qui s' éteint.



De même pour l' amant à légère cervelle

Qu' un nouveau goût entraîne après quelque autre belle:

S' il n' est pas un brutal, un horrible goujat,

Il ne brisera point ses noeuds avec éclat;

Mais, glissant plus de miel en sa fausse parole,

Jusqu' au dernier instant il soutiendra son rôle

D' amant passionné; ce ne seront alors

Que chauds empressements, que sensibles transports,

Promesses de plaisirs, baisers, cajolerie,

Et même de cadeaux une abondante pluie;

Bref, le jour du départ sera le plus aimant:

Embaumement complet du divin sentiment.



Maintenant arrivons aux hommes de l' idée,

À ces graves penseurs dont l' âme est possédée

Du seul amour du vrai, soi-disant; nous verrons

Qu' ils usent du même art suivant leurs passions.



Un critique veut-il couper court à la gloire

D' un rimeur trop ardent à remplir la mémoire

De ses concitoyens du doux bruit de ses vers?

Il cueille pour son front les lauriers les plus verts,

Chante le beau printemps de sa verve à tue-tête,

L' exalte outre mesure, et puis après le traite

D' homme usé, de poëte en faillite et glacé;

Il l' embaume en un mot dans son brillant passé.



Et ce délicieux écrivain philosophe

Qui n' aime point l' éclat trop tranché d' une étoffe,

Et, de purs demi-tons, de nuances épris,

Soutient que le vrai n' est ni blanc, ni noir, mais gris;

Quand tout doucettement il attaque et ruine

Un grand culte basé sur l' essence divine

De cet être adorable, étonnant, merveilleux,

Qui les faibles aima seul et parla pour eux,

Tout en le dépouillant de son nimbe céleste,

Il lui garde respect, et, saintement funeste,

Il embaume le dieu dans l' éloge exalté

Des sublimes vertus de son humanité.



Enfin ces orateurs qui, montés au pinacle

Et fiers de gouverner l' empire sans obstacle,

Jettent force louange à leurs rivaux à bas,

Les croyant à jamais dévolus au trépas;

Encor des embaumeurs, des gens dont la tactique

Fait pendant, sur le haut du tremplin politique,



Aux manieurs de plume... ô fils des pharaons!

Le temps vous a traités de terribles façons:

Il a fauché vos dieux, vos cités et vos temples,

Mais il nous est resté de vous de bons exemples;

Et longtemps, bien longtemps, l' art de vos embaumeurs

Trouvera parmi nous de fervents sectateurs.

Publié en .




Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Auguste Barbier
(1805 - 1882)
 
  Auguste Barbier - Portrait  
 
Portrait de Auguste Barbier


mobile-img