wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prévert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clément Marot

aime-cesaire

Aimé Césaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

René Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andrée Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 

Auguste Barbier



Lazare, le pilote - Poéme


Poéme / Poémes d'Auguste Barbier





Un jour un homme au large et froid cerveau

Déchaîne les chiens de la guerre,

Leur dit: carnage! Et lance le troupeau

Sur l' océan et sur la terre;

Pour exciter leurs sombres aboîments,

Tenir leurs gueules haletantes,

Il met en flamme, et les moissons des champs,

Et les toits des villes croulantes;

Dans le sang pur il fait marcher les rois,

Et bravant son peuple en furie,

Charge l' impôt et ses énormes poids

Sur l' épaule de la patrie;

Et puis enfin, succombant au fardeau,

Faible, épuisé, manquant d' haleine,

Avant le temps, sans jeunesse, au tombeau

Il descend dévoré de haine.



Et tant de mal, pourquoi? Pour rendre vain

L' effort de cette pauvre France,

Qui, l' oeil en feu, criait au genre humain:

Le monde est libre, qu' il avance!

Pour arracher à ses baisers brûlants

Le front de sa soeur l' Angleterre,

Qui cependant après quinze ou vingt ans,

Remise à peine de la guerre,

Sans lutte ardente et sans nouveau combat

Des antiques jours se détache,

Et d' un bras fort, dans l' arbre de l' état

Plante elle-même un coup de hache.

Ô William Pitt, ô nocher souverain,

Ô pilote à la forte tête!

Il est bien vrai que ton cornet d' airain

Domina toujours la tempête;

Qu' inébranlable et ferme au gouvernail

Comme un Neptune tu sus faire,

Devant ta voix, tomber le sourd travail

De la grande onde populaire.



Mais quatorze ans, l' âge au plus d' un oiseau,

De ton pouvoir fut l' étendue,

Et ton bras mort, le fleuve de nouveau

Reprit sa course suspendue.

Ah! Le fou rire a dû prendre à l' enfer

Au bruit de tes gestes sublimes;

Car pour un temps si court, ô coeur de fer!

Fallait-il donc tant de victimes?

Fallait-il donc faire pleuvoir le sang

Comme la nue au ciel éclate,

Et revêtir la terre et l' océan

D' un large manteau d' écarlate?





Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Auguste Barbier
(1805 - 1882)
 
  Auguste Barbier - Portrait  
 
Portrait de Auguste Barbier


mobile-img