wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prévert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clément Marot

aime-cesaire

Aimé Césaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

René Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andrée Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 

Auguste Barbier



Lazare, le fouet - Poéme


Poéme / Poémes d'Auguste Barbier





" courbez, courbez les reins, tendez le dos, soldats,

" et vous, soldats-bourreaux, frappez à tour de bras;

" frappez, n' épargnez point ces robustes épaules;

" contre la discipline ils ont failli, les drôles. "

Et l' homme, enfant du ciel, image du très-haut,

S' est, comme l' animal, courbé sans dire un mot;

Et l' instrument cruel, armé de ses neuf queues,

S' élance, en perçant l' air, sur les épaules bleues,

Mord la peau frissonnante, et bientôt fait sortir

Un sang que l' honneur seul devait faire jaillir.

Ah! Ne sais-tu donc point qu' aujourd' hui la nature,

Albion! Se révolte au seul mot de torture?

Que la philosophie a noyé sous les eaux

Jusqu' au dernier charbon des bûchers infernaux?

Que les durs chevalets, les pénibles entraves,

Et tous les châtiments réservés aux esclaves,

Aujourd' hui sont en poudre et le jouet du vent?

Tu ne peux l' ignorer, et pourtant comme avant

Tu retiens près de toi la barbarie antique.

Hélas! Non seulement par delà l' Atlantique

Le fouet résonne encore, et ses noeuds destructeurs

Déchirent les reins noirs des pauvres travailleurs;

Mais même dans ton sein, à tes yeux, sous ta face,

De coups abrutissants la loi frappe ta race,

Et pour le moindre tort déshonore le flanc

De tes plus pauvres fils qui te vendent leur sang.

Vieille et triste Albion, ô matrone romaine!

Il est temps d' abroger ta coutume inhumaine,

De remplacer enfin l' ignoble châtiment,

Malgré les lords hautains de ton vieux parlement.



Ah! Fais vite, de peur que le monde en reproche

Ne t' appelle bientôt, Albion, coeur de roche!

Et partout ne proclame à haute et forte voix

Que dans l' ingratitude on a trempé tes lois;

Que les rouges gardiens de ton trône immobile,

Les défenseurs sacrés des champs et de la ville,

Tes murailles de chair, tes soldats valeureux,

Sont traités par tes mains comme on traite les boeufs

Et tous les blancs troupeaux, honneur de la prairie,

Que sans ménagement l' on mène à la tuerie,

Et qui, le ventre plein de trèfle et de gazon,

Accourent à la mort à grands coups de bâton.





Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Auguste Barbier
(1805 - 1882)
 
  Auguste Barbier - Portrait  
 
Portrait de Auguste Barbier


mobile-img