wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prévert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clément Marot

aime-cesaire

Aimé Césaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

René Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andrée Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 

Auguste Barbier



Lazare, bedlam - Poéme


Poéme / Poémes d'Auguste Barbier





Ah! La mer est terrible au fort de la tempête,

Lorsque levant aux cieux sa vaste et lourde tête,

Elle retombe et jette aux peuples consternés

Des cadavres humains sur des mâts goudronnés;

L' incendie est terrible autant et plus encore,

Quand de sa gueule en flamme il étreint et dévore

Comme troupeaux hurlants les immenses cités.

Mais ni le feu ni l' eau dans leurs lubricités

Et les débordements de leur rage soudaine,

D' un frisson aussi vif ne glacent l' âme humaine

Et ne serrent le coeur, autant que le tableau

Qu' offrent les malheureux qui souffrent du cerveau,

L' aspect tumultueux des pauvres créatures

Qui vivent, ô Bedlam! Sous tes voûtes obscures!



Quel spectacle en effet à l' homme présenté,

Que l' homme descendant à l' imbécillité!

Voyez et contemplez! Ainsi que dans l' enfance

C' est un torse tout nu retombant en silence

Sur des reins indolents, -des genoux sans ressorts,

Des bras flasques et mous, allongés sur le corps

Comme les rameaux secs d' une vigne traînante;

Puis la lèvre entr' ouverte et la tête pendante,

Le regard incertain sur le globe des yeux,

Et le front tout plissé comme le front d' un vieux;

Et pourtant il est jeune. -oui; mais déjà la vie,

Comme un fil, s' est usée aux doigts de la folie;

Et la tête, d' un coup, dans ses hébêtements,

Sur le reste du corps a gagné soixante ans.

Ce n' est plus désormais qu' une machine vile

Qui traîne, sans finir, son rouage inutile;

Pour lui le ciel est vide et le monde désert;

L' été, sans l' émouvoir, passe comme l' hiver;

Le sommeil, quand il vient, ne lui porte aucun rêve,

Son oeil s' ouvre sans charme au soleil qui se lève;

Il n' entend jamais l' heure, et vit seul dans le temps,

Comme un homme la nuit égaré dans les champs;

Enfin, toujours muet, la salive à la bouche,

Incliné nuit et jour, il rampe sur sa couche;

Car, le rayon divin dans le crâne obscurci,

L' homme ne soutient plus le poids de l' infini;

Loin du ciel il s' abaisse et penche vers la terre:

La matière sans feu retourne à la matière.



Maintenant, écoutez cet autre en son taudis;

Sur sa couche en désordre et quels bonds et quels cris!

Le silence jamais n' habite en sa muraille;

La fièvre est toujours là le roulant sur la paille,

Et promenant, cruelle, un tison sur son flanc;

Ses deux yeux retournés ne montrent que le blanc;

Ses poings, ses dents serrés ont toute l' énergie

D' un ivrogne au sortir d' une sanglante orgie.



S' il n' était pas aux fers, ah! Malheur aux humains

Qui tomberaient alors sous ses robustes mains!

Malheur! La force humaine est double en la démence

Laissez-la se ruer en un espace immense,

Libre, elle ébranlera les pierres des tombeaux,

Des plus hauts monuments les solides arceaux;

Et ses bras musculeux et féconds en ruines

Soulèveraient un chêne et ses longues racines.

Mais, couché sur la terre, en éternels efforts

Le malheureux s' épuise, et devant ses yeux tors

Le mal, comme une roue aux effroyables jantes,

Agite de la pourpre et des lames brûlantes;

Et la destruction, vautour au bec crochu,

Voltige, nuit et jour, sur son front blême et nu;

Puis les longs hurlements, les courts éclats de rire,

Comme sillons de feu, traversent son délire.

Mais le pire du mal en ce vagissement,

Le comble de l' horreur n' est pas le grincement

Du délire chantant sa conquête sublime

Par le rude gosier de sa triste victime,

C' est la mort toujours là, la mort toujours auprès,

Frappant l' être à demi sans l' achever jamais.

Et telles sont pourtant nos colonnes d' Hercule,

Les piliers devant qui tout s' arrête ou recule,

Les blocs inébranlés où les générations,

L' une après l' autre, vont fendre et briser leurs fronts;

Le dilemme fatal aux plus sages des hommes,

Le rendez-vous commun de tous tant que nous sommes,

Où l' un vient pour avoir trop vécu hors de soi,

Et n' être en son logis resté tranquille et coi,

L' autre, parce qu' il a regardé sans mesure

Dans l' abîme sans fond de sa propre nature;

Celui-ci par le mal, celui-là par vertu;

Tous, hélas! Quel que soit le mobile inconnu,

Par l' éternel défaut de notre pauvre espèce,

La misère commune et l' humaine faiblesse;

Et, de ce large cercle où tout semble aboutir,

Où les deux pieds entrés, l' on ne peut plus sortir;

Où, gueux, roi, noble et prêtre, enfin la tourbe humaine

Tourne au souffle du sort comme une paille vaine;

La porte la plus grande et le plus vaste seuil

Par où passe le plus de monde, c' est l' orgueil;

L' orgueil, l' orgueil impur, est la voie insensée

Qui, de nos jours, conduit presque toute pensée

À l' inepte folie ou l' aveugle fureur...

Ô bedlam! Monument de crainte et de douleur!



D' autres pénètreront plus avant dans ta masse;

Quant à moi, je ne puis que détourner la face,

Et dire que ton temple, aux antres étouffants,

Est digne, pour ses dieux, d' avoir de tels enfants,

Et que le ciel brumeux de la sombre Angleterre

Peut servir largement de dôme au sanctuaire.





Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Auguste Barbier
(1805 - 1882)
 
  Auguste Barbier - Portrait  
 
Portrait de Auguste Barbier


mobile-img