wikipoemes
paul-verlaine

Paul Verlaine

alain-bosquet

Alain Bosquet

jules-laforgue

Jules Laforgue

jacques-prevert

Jacques Prévert

pierre-reverdy

Pierre Reverdy

max-jacob

Max Jacob

clement-marot

Clément Marot

aime-cesaire

Aimé Césaire

henri-michaux

Henri Michaux

victor-hugo

Victor Hugo

robert-desnos

Robert Desnos

blaise-cendrars

Blaise Cendrars

rene-char

René Char

charles-baudelaire

Charles Baudelaire

georges-mogin

Georges Mogin

andree-chedid

Andrée Chedid

guillaume-apollinaire

Guillaume Apollinaire

Louis Aragon

arthur-rimbaud

Arthur Rimbaud

francis-jammes

Francis Jammes


Devenir membre
 
 
auteurs essais
 

Auguste Barbier



Il pianto, mazaccio - Poéme


Poéme / Poémes d'Auguste Barbier





Ah! S' il est ici-bas un aspect douloureux,

Un tableau déchirant pour un coeur magnanime,

C' est ce peuple divin que le chagrin décime,

C' est le pâle troupeau des talents malheureux.

C' est toi, Mazaccio, jeune homme aux longs cheveux.

De la bonne Florence enfant cher et sublime;

Peintre des premiers temps, c' est ton air de victime,

Et ta bouche entr' ouverte et tes sombres yeux bleus...

Hélas! La mort te prit les deux mains sur la toile;

Et du beau ciel de l' art, jeune et brillante étoile,

Astre si haut monté, mais si vite abattu,

Le souffle du poison ternit ta belle flamme,

Comme si, tôt ou tard, pour dévorer ton âme,

Le venin du génie eût été sans vertu.





Contact - Membres - Conditions d'utilisation

© WikiPoemes - Droits de reproduction et de diffusion réservés.



Auguste Barbier
(1805 - 1882)
 
  Auguste Barbier - Portrait  
 
Portrait de Auguste Barbier


mobile-img